Trois mois après le début du soulèvement libyen, l'issue du conflit civil, qui a fait des milliers de morts  selon le procureur de la Cour pénale internationale, reste incertaine. Mais si les combats continuent, les rebelles, appuyés par l'Otan, semblent progresser.

Retournement de situation à Misrata
Dans la localité portuaire de Misrata, assiégée par les forces pro-Kadhafi depuis plus de deux mois, les rebelles libyens ont mené d'intenses combats contre les forces loyalistes qu'ils sont parvenus à repousser, prenant le contrôle de l'aéroport de cette ville portuaire située à 200 km à l'est de Tripoli, rapporte l'AFP


Dans la foulée de ce retournement, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon a appelé à cesser immédiatement les combats, notamment à Misrata.

L'UE va ouvrir un bureau à Benghazi
De son côté, l'Union européenne a annoncé ce mercredi l'ouverture prochaine d'un bureau à Benghazi, foyer de l'insurrection, où est installé le Conseil national de transition (CNT), qui pilote la rébellion. "J'ai l'intention d'ouvrir un bureau à Benghazi, afin de pouvoir avancer sur la question de l'aide", afin de "soutenir la société civile et le Conseil national de transition", a déclaré la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton devant les députés européens à Strasbourg.


Raids sur Tripoli
Dans la nuit de lundi l'Otan avait procédé à huit frappes aériennes violentes sur Tripoli. Le lendemain, le général italien Claudio Gabellini soulignait : "Toutes les cibles de l'Otan sont des cibles militaires", insistant sur le fait que les frappes internationales ne visent pas "des individus". Reste que Mouammar Kadhafi n'est plus apparu à la télévision depuis une dizaine de jours, souligne ce mercredi la presse italienne.


Combats entre Brega et Ajdabiya, à l'est
A l'est du pays, près de la ville d'Ajdabiya, le front des combats avance et recul entre cette localité, tenue par les insurgés, et les forces du dirigeant libyen, basées plus à l'ouest sur le site pétrolier de Brega. Si des combats meurtriers avaient encore lieu en début de semaine dans cette zone, la présence de l'Otan semble avoir réduit les tirs entre les deux camps.