Selon le baromètre metronews-Clai-LCI, 67% des Français ne veulent plus de Jean-Marc Ayrault comme Premier ministre. Ce mardi matin, dans Le Parisien, c'est le député PS de l'Essonne, Malek Boutih, qui demande le départ du Premier ministre de l'Hôtel Matignon : "Il faut remplacer le Premier ministre d'urgence. Ce signal serait le préalable indispensable à toute discussion avec le pays". 

Malek Boutih n'attaque pas seulement Jean-Marc Ayrault (il se défend d'ailleurs de "rouler" pour quiconque). Il remet en cause le gouvernement dans son ensemble : "Le gouvernement semble à la fois être devenu sourd et ne plus être entendu : le dialogue avec le pays est rompu". Joli tacle sur l'ensemble de son équipe. Mais Malek Boutih a la solution. Un changement de gouvernement (un ministère pour Boutih ?). Et, le jour où la crise atteindra son paroxisme, une dissolution de l'Assemblée nationale pour "retrouver un élan". 

Valls, Taubira, Royal... qui peut remplacer Jean-Marc Ayrault ? 

Les postulants potentiels à Matignon sont nombreux. Martine Aubry a toute la légitimité de sa deuxième place à la primaire socialiste. Hors du gouvernement Ayrault, elle incarnerait un nouveau souffle. Ségolène Royal elle non plus, ne porte pas le bilan du gouvernement, avec lequel elle n'a pas manqué de prendre ses distances. Manuel Valls, évidement, est l'éternel postulant. Mais ses ambitions élyséennes pour 2017 pourraient s'en retrouver compromises. Christiane Taubira a marqué des points à gauche avec le Mariage pour tous. 

Jean-Marc Ayrault n'est peut-être pas appelé à être le François Fillon de François Hollande (l'ancien Premier ministre avait tenu toute la mandature de Nicolas Sarkozy). Mais si le président a l'embarras du choix pour un successeur à Jean-Marc Ayrault, il a aussi celui du calendrier. Selon Malek Boutih, remanier avant les élections municipales de 2014 serait une promesse de changement profitable aux candidats socialistes mais en cas d'échec à ces échéances, cela remettrait en cause la légitimité du nouveau gouvernement.