"Mais c'est une blague ! Si ce n'en est pas une, c'est un mensonge d'Etat !" Frigide Barjot découvre le communiqué de la préfecture de police. Qui confirme ce mercredi, photos aériennes à l'appui, son comptage : 300 000 personnes ont défilé dimanche contre le projet de loi sur le mariage homosexuel. "C'est risible. Combien de temps vont-ils continuer à faire comme si on n'existait pas ?, s'agace la chef de file des opposants. Ce serait moins que le 13 janvier (précédente manifestation, ndlr), c'est absurde. 300 000, c'est même pas l'avenue de la Grande Armée ! Je conteste ces photos."

"Des photos d'échographie !"

Sous le feu des critiques des organisateurs, qui revendiquent de leur côté 1,4 million de manifestants, la préfecture de police a détaillé son dispositif : "deux équipes de comptage" munies de matériel vidéo. Des caméras ont également été installées pour filmer l'ensemble du cortège, au sommet de l'Arc de Triomphe notamment, précise la préfecture. Enfin, un hélicoptère a survolé le rassemblement et pris des photos qui "ont fait apparaître l'absence d'occupation continue des axes choisis et des densités très inégales", assure-t-elle.

De là à dire que le gouvernement manipule les images, il n'y a qu'un pas que Frigide Barjot n'hésite pas à franchir : "Ils veulent que ce projet de loi passe coûte que coûte alors trafiquer des photos... Je ne dis pas qu'ils l'ont fait mais on va demander à voir la bande vidéo dans son intégralité. Ces trois pauvres photos, on dirait des photos d'échographie !". De son côté, la police ne désarme pas : "Comme lors de la précédente manifestation, aucune précision sur les modalités techniques de comptage mises en œuvre par le comité d’organisation pour aboutir à sa propre estimation n’a été fournie."