67% des Français estiment que les manifestations contre le mariage gay doivent cesser. Pas eux. Ces irréductibles opposants s'étaient une nouvelle fois rassemblés ce dimanche à Paris (7e) pour dire "non" à la loi Taubira. "On lâche rien" reprennent en choeur quatre trentenaires assis sur la pelouse de l'avenue de Breteuil. La sono crache les slogans à suivre : "Hollande ta loi on n'en veut pas", "Non à la PMA, non à la GPA". Thierry, le chef de file du petit groupe, drapeau rose en main, explique fièrement être venu "défendre l'humanité". "Cette loi fragilise la famille, elle va créer des inégalités entre les enfants".

Et le vote définitif du texte par le Parlement ne semble pas avoir entamé le moral des anti : "J'ai fait toutes les manifestations et ce n'est pas aujourd'hui que ça va changer", sourit Marie, venue avec mari et enfants. Devant la scène installée place Vauban, ses cinq bambins arborent des tee-shirts rouges Hollande, ennemi de la famille. "La partie n'est pas terminée, il y a toujours les recours au Conseil constitutionnel". Les Sages ont en effet été saisis par l'opposition. Ils ont un mois pour se prononcer.

D'irréductibles divisés ?

"Dans l'histoire, il y a des lois qui ont été votées puis ont été retirées, ce ne sera pas une première, assure Ludovine de La Rochère, présidente de la Manif pour tous. C'est pour cette raison qu'il est fondamental d'occuper le terrain". Les organisateurs, de leur côté, invitent les troupes à "occuper l'espace". "Nous voulons nous faire voir. Prenez de la place", ordonne le jeune homme au micro. Mais les espaces clairsemés ne trompent pas : les irréductibles sont moins nombreux qu'à l'accoutumée : 15.000 selon la police, 35.000 d'après les organisateurs. Qu'importe, selon eux, ce sit-in n'est qu'un tour de chauffe avant le rassemblement national, le 26 mai prochain.

"Nous aussi nous sommes lassés des manifestations, poursuit Ludovine de la Rochere. Je renvoie la balle à François Hollande ! C'est à lui de ramener la paix dans le pays plutôt que de creuser les divisions." Des divisions qui semblent aussi avoir gagné les rangs du collectif. Interrogée sur la prise de position de Barjot sur l'union civile, la présidente répond : "Frigide a voulu apporter, et c'est son droit, un soutien à cette initiative. Elle s'exprime à titre personnel. La ligne générale du mouvement, c'est le retrait de la loi."

La pasionaria anti-mariage pour tous s'est démarqué de la position sans concession du mouvement en soutenant un projet d'union civile comme alternative à la loi. Et cet assouplissement n'est pas vraiment du goût de tout le monde. On siffle par endroit lorsque Laurence Tcheng, une des porte-paroles, rend hommage à l'amie Barjot, en déplacement à Lyon. "Cette loi, c'est une dénaturation du mariage qui va trop loin, s'agace Sylvie. On dénature la société avec des choses contre nature. Il faut son retrait pur et simple, c'est tout." Et son amie Huguette d'assurer : "Les homosexuels, on n'en a rien à faire, qu'ils vivent leur vie ! J'ai moi-même de nombreux amis homosexuels et ils sont tous opposés au mariage".