La Ligue de défense juive (LDJ) avait donné rendez-vous à ses militants à 18 heures devant les locaux de l’Agence France Presse (AFP), situés dans le 2e arrondissement de Paris. Jeudi soir, une centaine de personnes s'étaient alors retrouvées sur place afin de protester contre le traitement médiatique fait par l’AFP sur les événements en Israël. "AFP collabo", "vous ne méritez pas votre carte de presse", criaient des manifestants, dont certains portaient le drapeau de la LDJ, groupuscule se définissant comme sioniste et connu pour ses actions violentes.

Une dizaine de personnes cagoulées

Insultes, pétards et jets de projectiles ont notamment été relevés par le journaliste David Perrotin, présent sur les lieux. Peu après avoir posté des images du rassemblement sur Twitter, et reprises par la LDJ, le journaliste de Buzzfeed a publié ce message : "Une manifestante me dit : 'Je préviens la LDJ que vous êtes là Monsieur Perrotin'".

Selon nos informations, une dizaine de personnes cagoulées et pour certaines, armées de bâtons, se sont alors dirigées vers le journaliste, qui a été pris à partie et violenté, avant l’intervention des forces de l’ordre. Le reporter agressé a ensuite été mis à l'abri dans les locaux de l'AFP avant d'être exfiltré par la police, des individus suspects l'attendant dehors. Il "a été mis en sécurité", a précisé sa rédactrice en chef un peu plus tard sur Twitter. Dans la soirée, le calme était revenu aux abords de l'AFP.