Sur fond de polémique à propos de la gestation pour autrui que l'opposition accuse le gouvernement d'avoir dans ses cartons, sur fond surtout des centaines d'amendements déposés, l'article 1er du projet de loi sur le "mariage pour tous" a finalement été soumis au vote et adopté samedi 2 février.

Un communiste a voté contre, un UMP a voté pour

Cet article 1, le plus important du projet de loi, est celui stipulant que "le mariage est contracté par deux personnes de sexe différent ou de même sexe". Il a été approuvé par 249 voix contre 97 suivant une répartition gauche-droite sans surprise. Les socialistes, écologistes, radicaux de gauche et députés du Front de gauche ont voté pour. De leur côté de l'hémicycle, seule la voix du communiste Patrice Carvalho a fait défaut, mais son vote négatif était attendu.

A une exception près, Franck Riester, qui militait lui pour cette "avancée considérable" et deux abstentions, tous les députés UMP ont voté contre, de même que les deux députés centristes de l'UDI présents. François Rochebloine (UDI) avait estimé que "la grande majorité de son groupe voterait contre cet article". "Nous avons, nous, la liberté de vote" avait-il cependant souligné, tandis que plusieurs de ses collègues centristes, notamment le président du parti, Jean-Louis Borloo, s'étaient publiquement prononcés en faveur de cette réforme.

Des réactions nécessairement opposées

"Nous sommes heureux et fiers d'arriver à cette première étape" s'est félicité la ministre de la Justice, Christiane Taubira avant le vote, affirmant à la représentation nationale que cet article consacre "une liberté individuelle". "Nous allons établir la liberté pour chacune et chacun de choisir sa ou son partenaire pour construire un avenir commun (...). Il n'y avait aucune raison que l'Etat n'assure pas aussi la protection du mariage" aux couples de même sexe, a estimé la garde des Sceaux.

"C'est avec beaucoup de fierté que nous votons cet article. Nous préférons à la loi naturelle l'Etat de droit" a lancé le député d'Europe Ecologie-Les Verts Sergio Coronado, qui hier soir avait eu un vif échange avec le chef de file des députés UMP, Christian Jacob. Toujours à gauche, où l'issue du scrutin a été saluée par des applaudissements nourris, la communiste Marie-George Buffet a parlé d'un "grand moment", la socialiste Corinne Narassiguin d'un "vote historique", quant au radical Alain Tourret, il avait indiqué que son groupe voterait "sans la moindre hésitation" dénonçant au passage la "référence constante" de l'opposition à la gestation pour autrui.

Effectivement, c'est par une allusion à ce sujet que l'UMP Philippe Gosselin a réagi à l'adoption de l'article 1er. "Le gouvernement s'engage dans un choix de société que nous ne souhaitons pas", a-t-il dit. Et le député de préciser ses inquiétudes : "aujourd'hui, c'est le mariage, l'adoption, demain ce sera la PMA et la question des mères porteuses qui est toujours posée. La circulaire Taubira montre qu'il y a bien là une vraie ambiguïté".