"C'est une épreuve pour ma famille, une épreuve difficile". C'est sobrement que Marisol Touraine a réagi mardi à la divulgation dans la presse des ennuis judiciaires de l'un de ses trois enfants, écroué depuis le 2 septembre à la prison de la Santé. "Je ne vous cache pas que c'est quelque chose de très douloureux, mais ça relève de ma vie privée", a poursuivi la ministre de la Santé, interrogée sur le plateau d'i-Télé.

L'annonce a en tout cas sonné comme un coup de tonnerre, au regard des faits reprochés au fils de la ministre. Gabriel Reveyrand de Menthon, 22 ans, purge actuellement une peine de trois ans ferme pour "extorsion de fonds" et "séquestration" dans un quartier VIP de la prison parisienne. Le jeune homme a été condamné, mi-mars, pour s'être introduit en 2011 avec un complice dans l'appartement d'une femme de 59 ans situé dans le XIIIe arrondissement de Paris. Le même immeuble que celui qu'occupe... Marisol Touraine.

"Une petite lettre d'excuses"

"Je ne savais pas qui c'était puisqu’ils étaient cagoulés ", a raconté mardi la victime, Geneviève, au micro de RTL . "J'allais sortir mon chien et j'ai entendu la sonnette. Au début ils voulaient me bâillonner et me tenir les mains, mais moi je ne voulais pas." La quinquagénaire donne alors sa carte bleue. "Il y en a un qui est parti. (…) Quand il est revenu, il était très en colère parce que je m'étais trompée dans mon code". La victime finit par donner 990 euros en espèces qu'elle détenait chez elle, avant que les deux jeunes hommes ne prennent la fuite. Ils finiront par être identifiés grâce à une caméra de surveillance.

Selon la victime, Marisol Touraine lui aurait adressé "une petite lettre d'excuses" après la condamnation de son fils, qui n'a pas fait appel du jugement. Geneviève attend en revanche toujours de recevoir les 3 990 euros auquel son agresseur a été condamné au titre de ses préjudices moral et matériel.