Jeudi, peu après 16 heures, Marseille connaît un quinzième mort dans des règlements de compte. Jusque-là, la nouvelle s'apparente au fait divers désormais classique, sauf que la victime porte le nom Anigo. Adrien de son prénom n'est autre que le fils de José, directeur sportif de l'OM et figure emblématique du sport local.

"Marseille est une ville qui mange ses enfants"

Si les réseaux sociaux et autres médias font circuler l'information comme une trainée de poudre, le dirigeant de Marseille apprend la nouvelle par son ex-femme, inquiète que son fils ne soit pas allé chercher ses enfants à l'école. Comme d'habitude. "Ça ne lui ressemblait pas, explique José Anigo. Au même moment, quand j'ai entendu le règlement de comptes à la radio, j'ai eu peur...", raconte le père à L'Express.

Un pressentiment juste. Adrien Anigo, 30 ans, est bien l'homme abattu par deux individus casqués, alors qu'il était au volant de sa twingo. "On m'a pris mon fils...'', lâche toujours à chaud José Anigo. Une confession qui n'est pas sans rappeler ses mots au JDD en 2011 sur sa ville d'origine. "Marseille est une ville qui mange ses enfants". Deux ans après, elle a pris le sien.