Le métier de journaliste perd de sa superbe. Il serait même le pire métier du monde, parmi des centaines d'autres passés en revue, selon une étude de Careercast, qui publie son classement pour la 25e année consécutive. Basée sur les données du Bureau des statistiques du travail, l'étude montre que le métier de journaliste de presse écrite se retrouve en bas du tableau pour plusieurs raisons. Un salaire moyen faible avoisinant 36 000 dollars soit presque 28 000 euros, des perspectives professionnelles quasi inexistantes et un stress important. Un métier qui, selon Paul Gillin, "s'effondre en raison du modèle non durable de la presse écrite. Un modèle qui disparaîtra sûrement complètement d'ici dix ans".

Une évolution des technologies qui met à mal le métier

Selon Rochelle Gilken, une ancienne journaliste, faire ce métier était un rêve mais cela s'est transformé en un calvaire au fil des ans en raison d'une paye trop faible et d'un stress grandissant. Elle ajoute que ce média doit faire face à toujours plus de réductions budgétaires et surtout la concurrence accrue de la presse online : "avec l’évolution des technologies, les contenus sont accessibles en lignes de n’importe où et menacent les journaux papiers".

Si vous cherchez une reconversion, préférez plutôt le métier d'actuaire –spécialiste de l'application du calcul des probabilités et des statistiques aux questions d'assurance et de finance– qui arrive en tête du classement, ou encore celui d'ingénieur biomédical.