"Dans tout son livre, on a l'impression que tout jeune garçon musulman un minimum impliqué dans la religion est potentiellement dangereux. Or c'est cela qui fait le lit des extrêmes. Marine Le Pen n'a plus qu'à venir sur un plateau de télévision et dire : "je vous l'avais dit !". Encore une fois, on culpabilise les parents, pas assez attentifs. Mais si ces jeunes dérivent, c'est parce que c'est la République qui a failli ! Regardez dans les quartiers : il y a du chômage, l'école où les professeurs ne sont pas remplacés. Et cela, Chalghoumi n'en parle pas.

"Chalghoumi se trompe de problème"

Il dit qu'il "leur manque la fierté d'être français". Mais on ne peut pas demander à des jeunes musulmans d'être fiers d'être français quand tous les jours on les regarde comme des étrangers, quand on accorde pas le droit de vote à leurs parents, quand le FN fait 20%. Cela n'a pas de sens. Tant que les quartiers seront des zones de non droit que l'Etat a déserté, on ne doit pas s'étonner que ces enfants ne chantent pas la marseillaise. On parlera toujours du délinquant, toujours du terroriste, et jamais du médecin ou de l'avocat. Un étranger devient français dès qu'il marque un but pour ce pays !

Dans ce livre, on se trompe de problème. On stigmatise une religion en particulier, mais en vrai la République a mis au banc des millions de jeunes. Le vrai danger, ce n'est pas tant la dérive islamique que l'explosion sociale qui pointe et qui crée la violence, quelle qu'elle soit".

>> visiter le blog de Madjid