Au deuxième jour du procès du meurtre d'Aurélie Fouquet, les jurés de la cour d'assises de Paris se penchent sur la personnalité des neuf accusés. L'examen de celle de Redoine Faïd, "cerveau" présumé du braquage avorté qui a coûté la vie à la jeune policière municipale, est prévu ce mercredi après-midi avec en préambule, la lecture d'une lettre envoyée par le braqueur médiatique au président de la cour.

"Je ne suis pas un acteur"

La veille, la famille de la victime s'était émue de son attitude "arrogante" et "détachée". "Il vous dévisage sans compassion", avait commenté en sortant du Palais de justice la mère d'Aurélie Fouquet, très affectée. Si Redoine Faïd n'est pas poursuivi pour meurtre - mais pour tentative de vol en bande organisée et association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un crime - il joue aujourd'hui gros. En état de récidive, il encourt la réclusion criminelle à perpétuité. "Il n'est pas serein contrairement à ce qu'on pourrait penser", avait expliqué son avocat Christian Saint-Palais, qui assurait que "c'est sa réputation" qui l'avait conduit jusqu’à la cour d’assises. 

Au cours de son audition cet après-midi, Redoine Faïd devrait donc tenter de casser l'image qu'il a laissée à l'ouverture du procès. C'est pourtant bien celle de ce braqueur médiatisé, voulant ressembler aux personnages de ses films de gangsters préférés et décrit par un expert comme "doué pour la manipulation", qui lui colle encore à la peau. Auditionné ce matin, Malek Khider, un des neufs hommes poursuivis dans ce lourd dossier, a ainsi pris soin de prendre ses distances avec l'organisateur présumé de l'opération : "Quand je monte au braquage, c'est par appât du gain. Je sais que ce n'est pas bien mais je ne fais pas ça pour avoir un nom, pour avoir une image ou pour prendre la lumière. Je ne suis pas un acteur". 

EN SAVOIR +
>> Redoine Faïd lutte contre sa réputation
>> 
Redoine Faid, braquo "repenti" : le grand illusionniste
>> La personnalité de Redoine Faïd examinée
>> Notre dossier consacré au procès du meurtre d'Aurélie Fouquet