Trois mois après la flambée de violences au sein de la communauté des gens du voyage à Moirans, une vaste opération de police a eu lieu lundi matin dans cette commune de l'Isère. Les forces de l'ordre ont procédé à 15 interpellations et à plusieurs perquisitions, a confirmé la gendarmerie, notamment au sein de cette communauté. Au total, 17 suspects sont recherchés par les forces de l'ordre qui entendent en outre procéder à l'audition d'une dizaine de personnes.

Un imposant dispositif

"Les principaux ont été arrêtés", a néanmoins fait savoir le procureur de Grenoble Jean-Yves Coquillat lundi matin. Environ 300 gendarmes ont été mobilisés pour l'opération. Ils se sont notamment déployés dans le camp de gens du voyage situé à proximité de la gare de Moirans. Celui-là même d'où étaient parties les violences, fin octobre, après le refus des autorités de laisser sortir un détenu de prison pour assister aux obsèques de son frère. Ce dernier s'était tué au volant d'une voiture volée suite à un cambriolage.

Le 20 octobre, les émeutiers avaient alors brûlé des voitures et mis à sac la gare de Moirans en cours de rénovation. Des violences qui avaient amené le parquet de Grenoble à ouvrir une information judiciaire contre X visant une trentaine de personnes suspectées d'avoir participé aux faits. Le procureur avait alors indiqué qu'une partie des suspects avait été identifiée et qu'il s'agissait désormais "de déterminer qui a fait quoi". Plusieurs émeutiers avaient, selon le magistrat, pu être "photographiés ou vus avant qu'ils ne soient cagoulés", ce qui a d'autant plus facilité l'enquête que "certains étaient déjà fichés". Les perquisitions menées ce lundi ont permis de saisir "certains objets intéressant l'enquête", a précisé le procureur.

A LIRE AUSSI
>> 
Moirans : pourquoi la demande de sortie du détenu a été rejetée
>>
Violences à Moirans : "C'est le seul moyen que j'ai trouvé", plaide la mère d'un des détenus
>>
Emeutes à Moirans : l'enquête s'annonce "extrêmement difficile"