Tout est parti d'un coup de fil au commissariat de Mont-de-Marsan, dans les Landes, dimanche matin. Une femme paniquée explique que son fils, très agité, est en train de frapper violemment à sa porte. Les policiers arrivent très vite sur place, et découvrent un homme prostré, qui tient à la main un sac de vêtements tâchés de sang, détaille le parquet, confirmant une information de SudOuest.fr

Peu avant midi, les policiers se rendent au domicile de la compagne du suspect, où ils découvrent les corps ensanglantés de la jeune maman de 30 ans et de la fille du couple, âgée de 18 mois. Selon les premières constations, ces crimes n'auraient pas été commis par arme à feu ni arme tranchante. Une autopsie est prévue mardi à Bordeaux.

Sous l'emprise d'amphétamines ?

Après cette terrible découverte, les policiers, inquiets pour le reste de l'entourage du tueur présumé, se sont rendus chez une amie du couple, qui aurait passé une partie de la soirée au domicile des victimes. Et c'est une femme au visage tuméfié, vraisemblablement rouée de coups, qu'il retrouvent. Hospitalisée aux urgences de Mont-de-Marsan, son pronostic vital reste engagé, a précisé le parquet à l'AFP. 

L'enquête a été confiée au commissariat de la ville des Landes, avec l'appui de la police judiciaire de Bordeaux. En garde à vue, le quadragénaire originaire de Compiègne, dans l'Oise, serait passé aux aveux, a confié une source policière à l'agence de presse. Il aurait ensuite reconnu qu'il était "sous l'emprise d'amphétamines achetés sur Internet" au moments des faits, écrit Sud Ouest ce lundi. Le tueur présumé est déjà connu des services judiciaires : il a été condamné à trois ans de prison pour "tentative de vol" dans le cadre d'une affaire de meurtre, en 1997, près du Bois de Boulogne.