Comme s'y était engagé le président de la République Nicolas Sarkozy le 8 mars, en marge de la journée internationale des femmes, Najlae Lhimer est rentrée en France ce samedi vers 11h15.

Réfugiée dans le Loiret depuis 2005 pour échapper à un mariage forcé, cette lycéenne marocaine sans papiers était passible d'une expulsion du territoire depuis le 24 novembre 2009.

Or, victime de mauvais traitements infligés par son frère, la jeune femme avait eu l'imprudence de se présenter le 20 février dernier à la gendarmerie de Château-Renard, pour déposer plainte contre son agresseur.

Immédiatement placée en garde à vue puis expulsée vers le Maroc, la lycéenne a obtenu un visa mercredi dernier, après trois semaines "d'exil". Refusant d'aller vivre chez ses parents, qui voulaient qu'elle arrête ses études après la troisième, Najlae avait trouvé refuge dans une famille d'accueil à Rabat.

Face à l'émotion suscitée dans le département et à la mobilisation des associations, notamment du réseau Education sans frontières (RESF), Nicolas Sarkozy avait débloqué la situation lundi dernier en se disant "prêt à accueillir" Najlae en France, "si elle le souhaite" (lire "un visa pour Najlae").

Forte de ce soutien, la lycéenne marocaine s'est vu délivrer un visa en moins de trois jours par le consulat français de Rabat. Elle a pris l'avion, ce samedi matin à Casablanca, à destination de Paris.

A l'aéroport d'Orly Sud, un comité d'accueil d'une cinquantaine de personnes s'était déplacé pour célébrer le retour de Najlae Lhimer, notamment des membres de RSF qui arboraient des portraits de la jeune femme, et une dizaine de ses camarades du lycée Françoise Dolto d'Olivet (Loiret), sous la banderole "Le pays des gendarmes et des préfets t'a expulsée. Bienvenue Najlae dans celui de la solidarité et de la fraternité".

Najlae Himmer va désormais résider à Montargis (Centre), chez les parents de sa meilleure amie, la famille Parizot, qui lui a adressé le certificat d'hébergement requis pour obtenir un visa.