Alors que l'Afrique du Sud et le reste du monde retiennent leur souffle, une semaine après la nouvelle hospitalisation du héros national, l'ex-garde du corps de Nelson Mandela, lui, a décidé de briser ce silence religieux. Et les confidences de Shaun van Heerden font froid dans le dos : samedi, ce dernier a ainsi indiqué à l'AFP que Nelson Mandela "est un homme très seul", n'hésitant pas à pointer du doigt l'attitude de l'équipe médicale qui s'occupe du héros de la lutte contre l'apartheid.

De vieux amis "interdits de visite"

"Parfois, on avait l'impression qu'il (Mandela) était de retour en prison", assure ainsi van Heerden, dans une allusion aux vingt-sept années de prison purgées par Mandela sous le régime de l'apartheid. "Même avant son admission à l'hôpital, rares étaient les personnes autorisées à le voir. Et certains de ses vieux amis étaient interdits de visite", selon cet ancien garde de corps.

Shaun van Heerden accuse également des membres de l'équipe médicale de Mandela de se comporter comme des "célébrités" et d'outrepasser leurs prérogatives lorsqu'ils étaient à son chevet, et de chercher à se mettre en valeur en prenant la pause pour des photos à ses côtés. "J'en ai même vu certains qui mettaient sous son nez des copies de ses mémoires, Un long chemin vers la liberté, pour qu'il signe", s'est ému l'ex-garde du corps. "Ceci est incroyable, et je ne l'ai pas apprécié", a lancé l'ancien ange gardien de Mandela qui a veillé pendant dix ans sur son protégé avant d'être récemment limogé pour avoir dévoilé le nom de l'hôpital de Pretoria où a été admis Nelson Mandela.

----------------------------

Mandela va "mieux"

Nelson Mandela "continue d'aller mieux", au neuvième jour de son hospitalisation pour une infection pulmonaire, bien que son état reste grave, a déclaré dimanche le président Sud-africain Jacob Zuma. Agé de 94 ans, le prix Nobel de la paix a été admis à l'hôpital samedi 8 juin à l'aube. Il s'agit de la quatrième hospitalisation du héros de la lutte anti-apartheid depuis décembre. L'ancien président souffre des séquelles d'une tuberculose contractée pendant les vingt-sept années passées dans les geôles du régime raciste de l'apartheid.