Un Twin Otter, petit appareil de la compagnie aérienne Tara Air a s'est écrasé ce mercredi dans une région montagneuse du Népal avec 21 personnes, dont deux étrangers, à son bord. Le contrôle aérien avait perdu le contact huit minutes après son décollage de la ville de Pokhara, à 200 kilomètres à l'ouest de la capitale Kathmandou, alors qu'il tentait de rallier la ville de Jomsom, à 20 minutes de vol. Un ministre du gouvernement a confirmé, quelques heures plus tard, que des débris de l'appareil avaient été retrouvés par les équipes de recherche.

Une forte explosion entendu dans un village voisin

"Il n'y a plus de communications avec un avion qui a décollé de Pokhara à destination de Jomsom ce matin", avait déclaré à l'AFP Bhim Raj Rai, porte-parole de Tara Air, la compagnie locale qui avait également déployé des hélicoptères pour repérer l'avion. Mais un certain nombre d'éléments laissaient déjà à craindre le pire. D'abord parce qu'aucune piste d'atterrissage n'était recensée dans la région où l'appareil a disparu. Surtout, les habitants d'un village à proximité avaient rapporté avoir entendu une forte explosion. Plusieurs hélicoptères ont été dépêchés sur place pour tenter de retrouver la trace de l'appareil.

Le Népal a dû faire face à plusieurs accidents aériens ces dernières années, imputés à l'inexpérience des pilotes autant qu'à des problèmes de maintenance et de management. Depuis 2013, toutes les compagnies aériennes du pays sont d'ailleurs interdites de vol en Europe.

A LIRE AUSSI
>> Après le séisme au Népal, la crainte d'une recrudescence du trafic d'enfants
>> Le témoignage d'un humanitaire français de retour du Népal