Qui l’eut cru ? Nicolas Sarkozy, le roi du footing et de la nourriture saine, ardent défenseur du tabac. Quel rapport avec l’agriculture, puisque c'est à l'occasion d'une réunion sur le sujet qu'il a fait cette sortie, mercredi 3 février ?

Il est direct, selon Nicolas Sarkozy, qui a commencé son raisonnement : "Des bêtises j’en ai entendu dans ma vie, des démagogies, j’en ai vu, mais l’affaire du paquet neutre, elle est tout à fait liée à l’affaire qui nous occupe aujourd’hui. Si nous acceptions le paquet de cigarettes neutre, dans six mois on vous proposera la bouteille de vin neutre et ç'en sera fini de nos appellations, et ç'en sera fini de nos terroirs, et ç'en sera fini de la défense de notre savoir-faire", a expliqué le président du mouvement, relayé par France Info.

"Médiocre et déplacé"

Sous les applaudissements de la salle, Nicolas Sarkozy a bien développé son argument : "Il suffit de réfléchir : si vous acceptez le paquet neutre, vous aurez demain des intégristes qui vous demanderaient la bouteille neutre puis on aura aussi le fromage neutre… ." Sans oublier une petite pique pour son successeur : "On a déjà eu le président normal… " Cette bataille, explique-t-il, "c'est la bataille de nos appellations, c'est la bataille de notre savoir-faire, c'est la bataille de notre identité, c'est la bataille de notre histoire, c'est la bataille de nos terroirs. Et si nous cédons là, nous céderons sur tout." Développant aussi l’argument de l’emploi en France.

SUIVEZ AVEC NOUS >> "Des paroles et des actes" avec Nicolas Sarkozy, ce jeudi soir sur France 2

Inutile de dire que les propos ont fait réagir les partisans de la lutte anti-tabac, comme Bertrand Dautzenberg, président de l'Office français de lutte anti-tabac, interrogé par France Info, qui a dénoncé des propos "inappropriés et inacceptables", et accuse l'ancien chef de l'Etat d'être un "super lobbyiste du tabac". "Le débat est totalement à côté de la plaque. Le tabac tue", a-t-il ajouté. "Le tabac français est fabriqué massivement en Pologne pour gagner plus d'argent. C'est irresponsable."

Interrogée sur ITélé, la ministre de la Santé a également vertement répondu à l'ancien chef de l'Etat. "Les petites blagues, la veille de la journée mondiale de lutte contre le cancer, c'est à la fois médiocre et déplacé", s'est indignée Marisol Touraine. "Que je sache, ce n'est pas un produit du terroir un paquet de cigarettes, ça ne fait pas partie de l'art de vivre et de la production de nos savoir-faire", a-t-elle ajouté, avant de dénoncer des propos "indignes".

A LIRE AUSSI >> Nicolas Sarkozy : "La France pour la vie caracole en tête des ventes"