Spectaculaire incendie à Lomme, dans la périphérie de Lille, où un petit camion stationné avec une cargaison de bonbonnes de gaz est parti en fumée, emportant avec lui plusieurs voitures et maisons alentour.

Beaucoup de casse, mais pas de blessé grave

Le sinistre d'origine indéterminée s'est produit le 28 décembre peu avant sept heures. Le camion était alors "en stationnement et pour une raison encore inconnue, il y aurait eu des explosions de bouteilles de gaz" a indiqué la préfecture du Nord faisant état d'un bilan matériel "assez lourd" de deux maisons détruites, de deux autres sévèrement dégradées et de huit qui ont perdu leurs vitres. Sans parler des véhicules calcinés...

A voir le décor qui fait penser au théâtre d'un attentat, le bilan humain peut sembler miraculeux. "On considère qu'il y a une quarantaine de personnes touchées par le sinistre, mais rien de grave. Une personne intoxiquée a été soignée sur place, une personne a été évacuée pour une crise d'angoisse et une personne perdue, victime d'Alzheimer, a été retrouvée", a indiqué la préfecture.

Des explosions entendues et vues à des kilomètres à la ronde

Pour l'heure aucune explication n'est avancée. "On a été appelé à 6H44 pour un feu de camion, un camion chargé d'une cinquantaine de bouteilles de gaz, du gaz à usage d'habitation. Il y a eu une propagation sur quatre habitations. On n'a pas entendu parler d'explosion, juste de propagation. On ne sait pas exactement" ce qui s'est passé, ont d'abord indiqué les pompiers. Des témoins cités par La Voix du Nord parlent d'au moins sept déflagrations et de boules de feu que l'on a pu voir depuis le port fluvial de Lille à plus d'un kilomètre des lieux.

Vers neuf heures, les 75 pompiers et la trentaine de véhicules mobilisés étaient toujours à l'oeuvre. Le maire de Lomme, Roger Vicot, était aussi sur le terrain, rue Gallieni, pour constater les dégâts et organiser l'assistance aux sinistrés et riverains très choqués. Pendant ce temps, la police entendait le propriétaire de la camionnette, un vendeur de fruits et légumes, qui, écrit La Voix du Nord, de "sources concordantes", aurait déjà perdu un camion dans les flammes en mai dernier.