L'épisode Notre-Dame-des-Landes semble encore loin d'être terminé. Alors que François Hollande a annoncé, jeudi soir sur TF1 et France 2, la tenue d'un référendum au niveau local sur le projet de construction de l'aéroport, un obstacle de taille semble se dresser sur sa route. 

En effet, la loi interdit aux collectivités d'organiser un référendum à la suite d'une décision de l'Etat, selon Arnaud Gossement, avocat spécialiste du droit de l'environnement, interrogé par RTL. Car depuis le décret du 9 février 2008, qui déclare d'utilité politique les travaux liés au projet d'aéroport, le dossier est du ressort de l'Etat.

Pour l'avocat, cette décision de François Hollande est une façon de gagner du temps. "Je pense qu'il y aura encore des mois de polémiques sur la faisabilité d'un référendum et très sincèrement je me demande si ce n'est pas le but recherché", explique-t-il.

Unique solution pour la tenue du référendum, l'annulation du décret de 2008. Contacté par RTL, l'Elysée estime que ce sera difficile, mais possible. Mais si jamais cette annulation voit le jour, il restera d'autres obstacles à la mise en place de ce référendum. Car pro et anti-aéroport y sont opposés.

Une idée qui ne plaît à personne

Premier d'entre eux, Bruno Retailleau, le président Les Républicains de la région Pays de la Loire, qui explique : " Je n'organiserai pas ce référendum. Je pense qu’on n'en a pas besoin, je n’en vois aucune utilité. Tout cela ressemble à un nouvel enfumage de François Hollande".

Chez les anti-aéroport, Françoise Verchère, co-présidente des élus opposés au projet, dénonce "une fausse bonne idée" et craint que les gens votent pour tout autre chose. "Ils peuvent très bien voter contre le gouvernement en utilisant ce référendum, ou bien voter contre les zadistes, pour l'ordre. L'annonce de ce référendum serait donc une façon pour François Hollande de gagner du temps alors que se retrouvent dans le même gouvernement le père du projet, Jean-Marc Ayrault, et l'ancienne premier secrétaire d'Europe Ecologie-Les Verts, le parti le plus opposé à ce projet.

EN SAVOIR PLUS
>> Notre-Dame-des-Landes : la justice approuve l'expulsion des derniers habitants
>> Vidéos : Remaniement, Macron, NDDL, déchéance : François Hollande sur TF1 et France 2