Le harceleur avait potassé sa technique. Il découpait ses pantalons à l’entrejambe pour mieux aller se frotter aux femmes dans le métro.

Cet homme de 22 ans était jugé pour une agression sexuelle, commise en mai à la station de métro Place-de-Clichy, rapporte lundi le Parisien. Il a été condamné à deux ans de prison et écroué à la maison d’arrêt de Fresnes (Val-de-Marne).

La victime coincée

Le jeune homme habitait dans les Hauts-de-Seine. Il s’était collé à sa victime en profitant d’un wagon bondé sur la ligne 13. "Une main dans la poche de son pantalon, avait mis son sexe en érection sur ses fesses", rapporte le Parisien. Coincée, la voyageuse n’a pu descendre que deux arrêts plus tard, à Guy-Môquet.

Du sperme a été retrouvé sur les vêtements de la victime. Les analyses génétiques sur la substance ont permis de retrouver le coupable.

Lors de la perquisition à son domicile, les policiers ont par ailleurs fait une étrange découverte : "trois pantalons aménagés, découpés sur une longueur d’environ 10 cm au niveau de l’entrejambe", rapporte le journal, qui s’appuie sur une source policière. En plus de sa peine, le jeune homme devra suivre des soins thérapeutiques et a interdiction de prendre les transports.

A LIRE AUSSI 

>> "T'es bonne", "réponds sale chienne" : que pensez-vous de la campagne contre le harcèlement dans les transports ?

>> Appels au viol, "sale pute" : sur Twitter, les victimes de harcèlement se révoltent