Patricia Cahuzac rattrapée par la justice. L'épouse de l'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac a été mise en examen jeudi pour "fraude fiscale" et "blanchiment de fraude fiscale" dans l'enquête sur le compte caché de son mari, a indiqué vendredi à l'AFP une source judiciaire, confirmant une information de Mediapart.

En instance de divorce avec l'ancien ministre, cette médecin spécialiste de la greffe des cheveux qui a récupéré la clinique d'implants capillaires qu'elle a fondé avec son mari en 1991, avait été placée en garde à vue pendant deux jours début juillet à la Division nationale d'investigations financières et fiscales (Dniff). Avant d'être libérée. Elle avait également déjà été entendue librement par la Dniff en janvier, dans le cadre de l'enquête préliminaire menée sur son mari et "avait alors déclaré aux enquêteurs qu'elle ne s'occupait pas de la situation financière ni des comptes de son époux", précise Mediapart.

Détectives privés

Pourtant, l'inspecteur des impôts, Rémy Garnier, à la retraite, avait raconté à la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Cahuzac avoir rencontré le 3 octobre 2012 - soit deux mois avant la révélation de l'existence de ce compte - deux détectives privés engagés par Patricia Cahuzac, probablement dans le cadre de sa procédure de divorce. Selon Rémy Garnier, ils étaient "au courant" de l'existence d'un compte caché. Ils "avaient des documents sous les yeux avec une liste de laboratoires qui auraient alimenté le fameux compte", a-t-il poursuivi.

L'avocat Philippe Péninque, proche de Marine Le Pen, a reconnu être celui qui avait ouvert en 1992 à UBS le compte de Jérôme Cahuzac, précisant qu'il ignorait que ce compte n'avait pas été déclaré au fisc français. Me Péninque avait indiqué avoir connu l'ex-ministre du budget au tout début des années 1990 par l'intermédiaire d'un associé qui n'était autre que le cousin de Patricia Cahuzac.