Il était temps, diront certains. Le pape François a entrepris jeudi de réformer la justice du Saint-Siège, qui n'avait pas été modifiée depuis 1929. De nouveaux délits apparaissent et la pédophilie est désormais plus sévèrement réprimée. Voici les quelques nouveautés qui rentreront en vigueur le 1er septembre :

  • Un texte sur la vente, la prostitution, l'enrôlement et les violences sexuelles à l'encontre des mineurs est introduit dans le codé pénal. Il concerne aussi la pédopornographie, la détention de matériel pédopornographique et les actes sexuels avec des mineurs.
  • Sont introduits aussi les délits contre l'humanité avec une sanction spécifique pour le génocide et l'apartheid.
  • La peine de prison à perpétuité est remplacée par la réclusion de 30 à 35 ans.
  • Cette réforme prévoit aussi un système de sanction pour les personnes juridiques (entités) pour tous les cas où elles profiteraient d'activités criminelles.
  • Sûrement influencé par l'affaire Vatileaks, le Saint-Siège durcit les peines pour le délit de divulgation d'informations confidentielles dans le cas où les documents sont particulièrement importants.

Une réponse aux multiples scandales sexuels

Les mesures plus répressives contre les crimes sexuels ont peut-être été motivées par les multiples pressions internationales sur cette question. Le Vatican a par exemple été sommé, mercredi, de s'expliquer aux Nations unies sur les sévices sexuels et les violences contre les enfants. Il est demandé au Vatican, "au vu du fait que le Saint-Siège a reconnu des cas de violences sexuelles contre des enfants commis par des membres du clergé, des frères et des soeurs dans de nombreux pays", de donner "des informations détaillées sur tous les cas".

Avec ce texte, le pape François met aussi en oeuvre ses recommandations d'avril dernier, lorsqu'il avait demandé d'agir "avec détermination" contre les sévices sexuels commis par des membres du clergé. Et conforte peut-être le choix des journalistes de Vanity Fair Italie de l'avoir élu "homme de l'année" dans son édition de mardi.