Cette loi ne vient pas des États-Unis mais d'un pays également en proie à une épidémie d'obésité. Le président péruvien Ollanta Humala vient de promulguer une loi à destination des enfants pour limiter la consommation de "malbouffe" et encourager une alimentation saine. Le texte prévoit notamment l'interdiction de faire de la publicité pour certains aliments ou sodas dans les établissements scolaires, afin de réduire les maladies liées au surpoids.

Un autre volet de la loi vise à promouvoir l'activité physique et l'installation de cantines et de points de vente de produits naturels dans les établissements scolaires. Mais à peine a-t-elle été promulgué qu'elle suscite déjà la controverse : l'industrie agroalimentaire est montée au créneau tandis que des organisations internationales du secteur de la santé et ses organismes de consommateurs saluent cette initiative.

Un quart des petits péruviens en surpoids

"Nous ne pouvons imaginer que nos enfants représentent un marché visant à générer des ventes ou maximiser des bénéfices", a affirmé Ollanta Humala. Pour sa part, l'Institut Péruvien de l'Economie, a fait savoir qu'il la jugait "intrusifs et autoritaires certains aspects de la loi". Le doyen du Collège de Médecine du Pérou, Juan Villena, estime quand à lui que "l'alimentation des enfants stimulée par la publicité est un domaine qu'il est nécessaire de réguler pour éviter les maladies".

Selon des chiffres officiels, 52% des femmes péruviennes et 24% des enfants de cinq à neuf ans sont obèses ou en surpoids. L'Organisation panaméricaine de la santé (OPS) estime que "cela démontre qu'au Pérou, la publicité pour des produits contenant des graisses et un haut niveau de sucre omet d'informer sur leurs effets préjudiciables pour la santé, favorise l'obésité et sape l'autorité des parents".

"Cette loi constitue un pas nécessaire, fondamental et complémentaire des initiatives que le Pérou met en place pour la santé et le bien-être des Péruviens", a notamment déclaré le représentant local de l'OPS, Fernando Leanes. Cette proposition de loi fait du Pérou un pays "à l'avant-garde régionale en termes de protection de la santé des enfants", selon la Fédérations mondiale des organisations de consommateurs.