Si un matin d'hiver en vous baladant sur la plage de Biarritz, vous voyez d'imposantes formes géométriques tracées sur le sable, n'en déduisez pas tout de suite que ce sont des ovnis. Il s'agit peut-être d'une réalisation de "Sam". Autodidacte, Samuel Dougados 39 ans, habite à Biarritz et trace de gigantesques formes sur les plages de France (et de Navarre) du Sud-Ouest à la Bretagne ou du Maroc au Portugal.

Une vidéo de "Beach-Art" en Californie

"À l’origine, je faisais de la sculpture à côté de mon travail. En 2007, j'ai découvert le Beach-Art à l'occasion de la projection d'une vidéo de surf pendant une compétition à Anglet. En 2008, j'ai décidé de me dédier entièrement à cette activité." explique-t-il.

Si la plage est sa toile, son pinceau, un râteau. Muni de ce seul outil, Samuel Dougados trace sur les plages humides des lignes, des courbes, des cercles. Parfois ce sont des messages qu'il inscrit, comme celui qui dit "Dépêchez-vous de prendre le temps".

Entre deux marées

Sa démarche lie la nature à la notion de temps, comme il l'explique lui-même "Il y a une prise en compte de l'environnement dans mon travail. Et quand on prend conscience que quelque chose est beau on y fait plus attention."

Chaque réalisation lui prend en moyenne entre une et trois heures de travail sans oublier les horaires des marées : "J'arrive 1h30 avant la marrée basse, mais ça m'est déjà arrivé de ne pas avoir le temps de finir". Alors la mer lui avale progressivement sa fresque...

Deux à trois heures avant de disparaître

Pour obtenir un résultat optimal, certaines conditions sont nécessaires : "Il faut une plage plate, humide et qui soit entièrement recouverte à marée haute" précise-t-il. Ses œuvres survivent 2h à 3h maximum et quand on lui demande si ce n'est pas frustrant "on apprend à se détacher de son travail..." conclut-il, philosophe. Il nous reste toujours ses photos.

À LIRE AUSSI
>>
Expo du street-artist Combo : le logo CoeXist n'a pas dit son dernier mot
>> 28 ans après, un enfant retrouve grâce à Internet l'auteur de la bouteille à la mer
>> David Bowie : un artiste à la vie "très privée"