Dennis Rodman et Kim Jong-un ne se quittent (presque) plus. Pour la quatrième fois en moins d'un an, l'ex-star de la NBA rend visite au dictateur nord-coréen, grand fan de basket. Arrivé à Pyongyang mardi, l'ancien coéquipier de Michael Jordan doit participer mercredi à un match de gala pour l'anniversaire de celui qu'il considère comme son "ami".

"C'est mon ami et je l'adore"

Cette nouvelle visite, qui intervient alors que Kim Jong-un a récemment agité la menace d'un "désastre nucléaire" dans la péninsule coréenne, devrait permettre de "dialoguer de certains sujets", a indiqué, avant son départ, l'ex-gloire excentrique des Chicago Bulls . Mais "The Worm" a promis de ne pas l'importuner en abordant le sujet de la répression en Corée du Nord. "Je ne vais pas m'asseoir en face de lui et lui sortir : 'Eh mon gars, ce que tu fais n'est pas bien'", a-t-il prévenu. Et d'ajouter : "Il est d'abord mon ami et je l'adore".