L'Egypte se réveille après un long dimanche de colère. Le premier anniversaire de l'investiture du président Mohamed Morsi s'est déroulé dans un climat explosif. Au moins cinq personnes ont été tuées dans des heurts entre partisans et adversaires des Frères musulmans. L'armée a estimé à "plusieurs millions" le nombre de manifestants descendus dans la rue. "La plus grande manifestation de l'histoire du pays", selon une source militaire.

"Morsi dégage !" scandaient les manifestants regroupés place Tahrir, deux ans et demi après la révolution qui déboulonna Hosni Moubarak. La foule a afflué tout au long de la journée en brandissant des cartons rouges à l'adresse de l'actuel président, accusé de gouverner au seul profit des islamistes et d'avoir plongé le pays dans un marasme économique sans précédent.

Rassemblements dans tout le pays

Des manifestations ont également eu lieu à Alexandrie (nord), deuxième ville du pays, à Menouf et Mahallah, dans le delta du Nil, ainsi qu'à Port-Saïd et Suez, sur le canal du même nom, ou encore dans la ville natale de Morsi, Zagazig, au nord-est du Caire. La présidence a timidement réagi en affirmant que "le dialogue était la seule façon de parvenir à une entente" et qu'elle était "ouverte pour lancer un véritable et sérieux dialogue national".

Le mouvement Tamarrod, à l'origine de la contestation, lui a adressé une fin de non-recevoir ce lundi. Il a exigé le départ de Morsi avant mardi sous peine d'engager un mouvement de "désobéissance civile". Les militaires se sont dit prêts à intervenir si la situation dégénérait.