INDE - D'après le bilan relayé par des chaînes locales, au moins 23 personnes sont mortes dans la nuit de vendredi à samedi dans un incendie à bord d'un train entre Bangalore et Nanded. Les autorités se sont refusées à préciser le nombre de victimes du sinistre aux causes inexpliquées. Le feu s'est déclaré vers 3h alors que le train se trouvait dans l'Etat d'Andhra Pradesh, dans le sud de l'Inde. Il a totalement ravagé un wagon à bord duquel se trouvaient une cinquantaine de passagers.

THAILANDE - Un manifestant a été tué le 28 décembre à Bangkok dans l'un des camps de protestataires sur lequel un individu non identifié a ouvert le feu. Cette attaque qui porte à huit le nombre de morts en marge des manifestations autour du siège du gouvernement fragilise plus encore la Première ministre Yingluck Shinawatra que les manifestants accusent d'être le pantin de son frère, Thaksin, le chef du gouvernement renversé en 2006 et en exil depuis. Le roi Bhumibol Adulyade avait appelé début décembre à la "stabilité" sans s'exprimer sur la crise actuelle. Les généraux restent réservés. Interrogé vendredi sur la possibilité d'un coup d'Etat, le chef de l'armée de terre a déclaré que "la porte n'est ni ouverte ni fermée. Tout peut arriver".

CHINE - Un mois après la promesse du Parti communiste chinois, la plus haute instance législative du pays a entériné samedi l'abolition des camps de rééducation par le travail où selon un rapport de l'ONU 190.000 personnes étaient encore détenues en 2009. Par ailleurs, Pékin a significativement assoupli la politique de contrôle des naissances dite de l'enfant unique. Désormais, les couples dont l'un des membres est lui même enfant unique seront autorisés à avoir deux enfants.

CENTRAFRIQUE - Alors que la confusion règne à Bangui malgré la présence massive de militaires français dans les rues de la capitale, François Hollande s'entretenant de la situation avec Ban Ki-moon a souhaité que "les Nations unies jouent un rôle plus important encore dans la période de transition en Centrafrique". Dans l'entourage du chef de l'Etat, on insiste sur le fait que le secrétaire général de l'ONU doit au plus vite présenter un rapport sur l'éventuelle transformation de la Misca, la force africaine déployée dans le pays, en une authentique opération onusienne. Il y a urgence. La Croix-Rouge fait état d'un millier de tués depuis le 5 décembre, le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) évoque plus de 700.000 déplacés et un criant besoin d'aide humanitaire.

SOUDAN DU SUD - Après deux jours d'intenses combats entre l'armée sud-soudanaise et les forces rebelles de l'ex-vice-président Riek Machar, le gouvernement s'est engagé à "un cessez-le-feu immédiat" a annoncé vendredi l'Autorité intergouvernementale sur le développement (Igad). Les dirigeants de cette organisation de pays de la Corne de l'Afrique et d'Afrique de l'Est ont appelé "le Dr Riek Machar et les autres parties à prendre des engagements similaires", pour l'heure sans succès. L'ex vice-président pose pour condition la mise en place d'un "mécanisme de supervision" international et réclame que le président "Salva Kiir libère d'abord les détenus politiques". Depuis dix jours, les rumeurs d'exactions intercommunautaires se multiplient et au moins un charnier a été découvert.