Plus de 50,5 millions d'électeurs sont appelés aux urnes ce vendredi pour désigner pour quatre ans un successeur à Mahmoud Ahmadinejad, qui ne peut pas briguer un troisième mandat consécutif. Le guide suprême Ali Khamenei, l'un des premiers à voter, a appelé à participer massivement au scrutin. "La prospérité et le bonheur du pays dépend de votre choix de la bonne personne et de votre participation à l'élection", a-t-il dit, accusant "les ennemis" de "tenter de dissuader" les Iraniens de voter.

A l'étranger, le Rapporteur spécial de l'ONU sur les droits de l'Homme en Iran, Ahmed Shaheed, a estimé que le climat politique en Iran ne permettait pas de qualifier les élections de "libres et équitables", alors que Washington a minimisé la signification du scrutin dans le dossier nucléaire.

Hassan Rohani favori des modérés

Les bureaux de vote ont ouvert à 08h00 locales et doivent fermer dix heures plus tard. Une prolongation jusqu'à minuit peut être décidée en cas de grande affluence. Les Iraniens élisent également leurs conseils municipaux.

L'élection se joue entre Hassan Rohani, un religieux modéré de 64 ans et candidat unique des modérés et réformateurs, et trois candidats conservateurs qui se sont détachés : l'ex-chef de la diplomatie Ali Akbar Velayati, le maire de Téhéran Mohammad Bagher Ghalibaf et le chef des négociateurs nucléaires Saïd Jalili. Deux autres candidats, Mohsen Rezaï et Mohammad Gharazi n'ont pratiquement aucune chance. Metronews vous propose, en images, de découvrir les six hommes en lice.