L'indéboulonnable Gaston Flosse est de retour. Lors des élections territoriales de dimanche, son parti du Tahoeraa Huiraatira a receuilli 40,16% des voix, contre 24,09% pour la liste UPLD du président sortant de la Polynésie française, l'indépendantiste Oscar Temaru. Un scrutin qui se résume en l'affrontement de deux ténors ? Pas tout à fait. Teva Rohfritsch, un autre autonomiste, a obtenu 19,92% des voix et joue ainsi les trouble-fête, provoquant une triangulaire qui aura lieu le 5 mai prochain.

Les "affaires" de Gaston Flosse

Cette élection doit permettre d'élire 57 représentants à l'Assemblée de la Polynésie française, qui éliront eux-mêmes le président de cette collectivité à la très large autonomie. A 81 ans, Gaston Flosse, vieil ami de Jacques Chirac, semble avoir réussi son tour de passe-passe : se faire passer pour la voix du renouveau alors qu'il est une figure incontournable de la vie politique de ces archipels depuis plusieurs décennies. Une rhétorique qui doit son succès à la grave crise économique que vit le pays : le taux de chômage est estimé entre 20 et 30% et environ 20% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Ses récents déboires avec la justice, en janvier et février, pour des affaires de corruption et d'emplois fictifs ne semblent pas avoir été un obstacle pour ces élections. Mais la Cour de cassation doit se prononcer, sans doute à la fin de l'année ou début 2014, sur l'une des condamnations de l'octogénaire, qui pourrait le rendre inéligible. Le taux de participation s'est élevé à 67,45% des Polynésiens, ce qui n'est pas un score très élevé pour cette élection considérée localement comme la plus importante.