"Il y aura des primaires à droite, c'est un principe qui est désormais acté", a déclaré François Fillon, à l'issue d'une réunion de la commission de révision des statuts de l'UMP, mercredi soir. Une déclaration confirmée peu après par son ancien rival à la présidence du parti, Jean-François Copé : "Nous avons acté des modalités d'organisation de la primaire à la présidentielle."

Cette modalité, une première pour le premier parti de droite, sera inscrite dans les nouveaux statuts sur lesquels les militants devront se prononcer fin mai-début juin. Elle figurait déjà dans l'accord signé entre Jean-François Copé et François Fillon après un mois de lutte pour la présidence de l'UMP, et a été accueillie positivement par les personnalités du parti.