Elles étaient quatre, et chacune aurait maltraité des enfants. Quatre salariées d'une crèche associative située dans le XVIIe arrondissement de Paris sont soupçonnées d'avoir secoué des enfants. Sur la base de témoignages, ces employées âgées de 29 à 50 ans sont en garde à vue depuis jeudi, selon une information de RTL. C'est en effet une stagiaire travaillant dans cette crèche gérée par la Croix-Rouge qui a informé sa hiérarchie de la situation, au début de l'été.

Propos racistes

La femme a révélé que "les employées titulaires secouaient les bébés et tenaient des propos racistes", a expliqué à l'AFP une source policière. Elles avaient aussi pris pour habitude de ne pas changer les couches des enfants régulièrement. L'institution a immédiatement contacté les autorités : "On a pris ce signalement extrêmement au sérieux et on a alerté la préfecture et la justice", a expliqué à l'AFP un porte-parole de la Croix-Rouge française, Jean-François Riffaud. Dès qu'on a été informés, on a pris des mesures conservatoires de mises à pied. Nous avons pris l'ensemble des mesures permettant immédiatement de faire cesser ces agissements".

Après le dépôt d'une plainte, une enquête préliminaire pour violences volontaires par personne ayant autorité sur mineur de moins de quinze ans a été confiée à la brigade des mineurs de la police judiciaire parisienne. C'est dans ce cadre que les employées mises en cause, qui avaient la responsabilité de seize enfants selon Jean-François Riffaud, ont été placées en garde à vue, pour "violences volontaires sur mineurs de moins 15 ans par personne ayant autorité".