Pourquoi les équipes ministérielles devront-elles utiliser le hashtag "#grille" dans leurs messages adressés à Matignon ? Dans le courrier qu'il a envoyé aux cabinets gouvernementaux mercredi, le patron de la com' de Jean-Marc Ayrault, Jérôme Batout, impose une procédure stricte. Désormais, avant tout passage média, les conseillers des ministres devront au préalable solliciter le feu vert de ses services. "Dans la pratique, les choses se passeront ainsi : vous enverrez un message à mon adresse avec en tête de l'objet le hashtag #grille, et vous préciserez dans le corps du message les détails pertinents sur le projet", détaille-t-il.

Utiliser un hashtag dans un mail, c'est étrange. Metronews a donc contacté Matignon pour être éclairé sur ce point. Mais au nouveau fort Knox de la communication, on ne badine pas avec les règles : "Ecrivez-nous un mail, nous transmettrons à Jérôme Batout"...

"Je n'ai pas compris"

Le mail est parti. En attendant une éventuelle réponse, nous avons sollicité deux conseillers ministériels. En off, bien sûr. "Je n'ai pas compris à quoi correspondait ce hashtag", avoue l'un, avant de promettre en souriant de "creuser la question et de trouver la clé". Faut-il entendre "grille" dans le sens de "clôture", de "filtre" de la communication ? Notre second conseiller a une autre idée sur la question. "Nous avertissons déjà Matignon de tous nos passages télé, ce qui permet d'avoir tous les soirs le récap' du lendemain ou du surlendemain pour savoir quel ministre va passer où. Ce système plutôt utile, on l'appelle 'grille médias'". Tout s'éclaire.

En revanche pour l'emploi du sigle "#", l'explication reste obscure. "A mon avis, c'est juste une règle technique, avance le communicant. Je ne vois pas bien qui pourrait écrire un mail à Jérôme Batout avec 'grille' dans l'objet, mais si ça arrivait, là on est sûr qu'il n'y aurait aucune confusion."

Les services de Matignon nous ont finalement rappelés. Et leur explication du hashtag est toute simple : en faisant une recherche basée sur ce symbole dans sa boîte mail, Jérôme Batout pourra d'un seul clic retrouver tous les messages concernés. L'affaire est close.