L'avalanche qui a enseveli deux lycéens lyonnais et un skieur ukrainien de 57 ans, mercredi sur une piste noire fermée du au domaine des Deux Alpes (Isère), pose la question de la sécurité sur les pistes. Metronews a donc interrogé Gérard Turc, guide de haute montagne et directeur de l'école internationale de ski Saint Christophe des Deux Alpes, sur les règles à respecter dans les stations de sport d'hiver.

La première selon lui : il est primordial de consulter les conditions climatiques et météorologiques tout au long de la journée. "Les skieurs ne doivent pas hésiter à s'informer auprès du bureau des guides, du service des remontées mécaniques et des postes de secours, car la météo évolue rapidement".

S'engager sur une piste fermée, c'est "à ses risques et périls"

"Les services de damage préparent les pistes entre 2 h et 8 h du matin", explique Gérard Turc. Ces pistes sont "délimitées par des balises de couleur" et assurent aux skieurs une surface plate et sécurisée. Hors piste, c'est à dire en dehors de ces délimitations, la zone n'est pas aménagée par la station, et donc pas prête à accueillir des vacanciers en toute sécurité. Si un skieur s'y aventure et se blesse, "il ne sera pas secouru par les pisteurs secouristes du domaine", mais devra faire appel aux "secours en montagne, soit à la sécurité civile". Pour autant, le hors piste n'est pas puni par la loi et "il n'existe aucune règlementation répréhensible sur le non-respect des consignes de sécurité".

A noter qu'une piste de ski peut être fermée à cause des conditions météorologiques, mais également si la neige est trop dure. "L'usager s'engage donc à ses risques et périls", car ce phénomène présente "des risques de verglas", explique le guide.

Ce qu'il faut prévoir pour faire du hors piste

Ce dernier recommande aux skieurs voulant faire du hors piste, "de s'adresser à des professionnels et de s'équiper". "Ils doivent avoir un équipement de sécurité avec un appareil de détection de victimes d'avalanche, une sonde (un bâton télescopique de 30 cm pouvant atteindre 3 mètres) et une pelle pour creuser. Ces trois pièces n'empêcheront pas les avalanches, mais permettront d'intervenir". Gérard Turc recommande également aux skieurs hors piste d'emporter un téléphone ainsi que "les numéros du service des pistes et des secours".

EN SAVOIR +
>> Le professeur accompagnateur en garde à vue pour homicides involontaires
>> Avalanche aux Deux-Alpes : "Les règles de sécurité ne sont pas à prendre à la légère"