Humoriste, polémiste, familier des prétoires ou militant politique... Les qualificatifs ne manquent pas pour qualifier Dieudonné, au cœur de la tourmente ces dernières semaines. Pourtant, la "dieudosphère" ne serait rien sans Noémie Montagne. L'épouse du chantre de la quenelle participerait en effet activement à sa petite entreprise.

Leur rencontre remonte aux années 2000 quand l'humoriste est alors au creux de la vague. Notamment depuis son passage dans "On ne peut pas plaire à tout le monde" : ce 1er décembre 2003, il interprète dans l'émission de Marc-Olivier Fogiel un sketch un activiste extrémiste sioniste, chapeau de juif orthodoxe sur la tête et treillis militaire. La polémique s'emballe, certaines représentations sont annulées. Coté vie privée, celui qui est déjà père de quatre enfants s'installe alors avec Noémie Montagne avec laquelle il se marie le 13 juillet 2012 à La Haye. Mère de trois enfants avec l'humoriste, cette brune aux cheveux longs âgée de 37 ans gérerait en grande partie les finances du couple.

La marque "quenelle" déposée

Noémie Montagne posséderait en effet la moitié des parts sociales des Productions de la plume. Une petite SARL qui ne connaîtrait pas la crise en produisant les spectacles de Dieudonné, gérée en famille puisque la mère de ce dernier est également associée dans l'affaire. Depuis sa création en 2009, l'entreprise gonfle son résultat net : 230 290 euros en 2012, contre 62 000 en 2010 selon le journal Le Monde qui a consulté les comptes déposés auprès du tribunal de commerce. Au total, le chiffre d'affaires avoisinerait 1,8 million d'euros en 2012.

Dieudonné peut également compter sur son épouse en cas de coup dur. Dernier exemple date en février 2013, quand l'humoriste lançait un appel aux dons. Objectif, racheter son ensemble immobilier saisi par la justice pour cause d'impôts impayés. Mis à prix à 551.000 euros, les locaux situés à Saint-Lubin-de-la-Haye (Eure-et-Loir), près de Dreux, ont été acquis par... les Productions de la plume. Si Noémie Montagne a pu mettre la main à la poche pour assurer la prospérité du business familial, c'est ce que ce dernier carbure à plein régime. En partie grâce au succès de la "quenelle".

Selon Le Monde, l'épouse de Dieudonné a d'ailleurs déposé à l'Institut national de la propriété industrielle (Inpi) les marques "Quenelles +" et "Quenelle". La première ? Une éventuelle chaîne de télévision sur Internet. Et la seconde, une marque pour commercialiser des produits estampillés quenelles. Une recette dont le succès ne semble pas prêt de se démentir.