La mouvance identitaire, pépinière de recrues pour le Front national ? La nouvelle liste présentée par Marion Maréchal-Le Pen à Antibes vendredi 6 novembre au soir semble de nouveau le confirmer.

Une présence contradictoire avec les consignes du parti

Figurent ainsi en position éligible des anciens membres de la mouvance identitaire. Menée par Olivier Bettati, ancien secrétaire national de l'UMP, la liste "La France Plein Sud" a ainsi placé Philippe Vardon, ancienne figure des Identitaires, à la cinquième place sur 29 colistiers. Un autre ancien de cette mouvance radicale d'extrême-droite, Benoît Lœuillet, est placé lui en n°7. Daniel Philippot, le représentant local du Centre national des indépendants et paysans (CNIP), figure quant à lui en onzième position. Et pour finir, on trouve également un fidèle de Jean-Marie Le Pen, Marc Rocca, à la 19e place.  

Des choix qui viennent contredire les volontés de Marine Le Pen depuis le début de l'entreprise de dédiabolisation du Front national. En novembre 2011, la présidente du parti fustigeait le Bloc identitaire : "Vous savez pourquoi je ne peux pas faire alliance avec le Bloc identitaire ? Pour une raison simple c'est qu'ils sont européistes, (...) régionalistes, et ils contestent le rôle fondamental que j'accorde, moi, à la Nation qui est l'élément central du programme, du mouvement que je dirige". La patronne frontiste ne se disait pas non plus très fan de la vision "complotiste" du Bloc sur la théorie du "grand remplacement". Ce qui n'avait pas empêché, lors des élections départementales de 2015, que le Bloc identitaire fut largement présent pour appuyer le FN.

À LIRE AUSSI >> Choses vues et entendues au meeting des Identitaires

"Le choix de la sublime résurrection"

Des divergences profondes qui ne semblent pas déranger la tête de liste pour la région Paca Marion Maréchal-Le Pen. "Ce qui nous unit, c'est l'amour inconditionnel de la France, de ce qu'elle est et de ce que elle sera", a-t-elle lancé vendredi dans une salle municipale trop petite pour accueillir tous les sympathisants du FN venus à ce meeting de campagne. Revenant sur son thème favori de l'immigration, en rappelant que "c'est un grand remplacement de population qui s'opère, disons-le franchement", la candidate du FN a proposé à ses électeurs "le choix de la sublime résurrection".

Dans l'après-midi, la section varoise du FN avait de son côté présenté sa liste pour les régionales. Emmenée par Marc-Etienne Lansade, maire de Cogolin, elle s'appuie essentiellement sur les cadres locaux du parti élus dans les conseils municipaux du Var, où le FN gère trois municipalités (Fréjus, Cogolin et Le Luc). Ce rassemblement des droites extrêmes n'est toutefois pas total puisque Jacques Bompard, député Ligue du Sud du Vaucluse, devait déposer cette semaine des listes pour les régionales qui seront menées, dans les Alpes-Maritimes.

EN SAVOIR +
>> Tout savoir sur les régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur
>>
Retrouvez tout notre dossier consacré aux élections régionales