Ils sont 664 709 lycéens à attendre de pied ferme le 5 juillet. Soit le jour de la publication des résultats du baccalauréat, qu'il soit général, technologique ou professionnel. Or, plusieurs sociétés entendent profiter de l'occasion pour faire leur beurre sur la toile. Les résultats d'examens étant considérés comme des informations publiques, ils peuvent en effet être communiqués gratuitement à des prestataires (comme le prévoit l'ordonnance du 6 juin 2005 relative à la liberté d'accès aux documents administratifs et à la réutilisation des informations publiques, ndlr). 

Une des méthodes consiste à proposer un service payant d'alerte indiquant si tel ou tel candidat est reçu ou non. Pour un lycéen patient et peu stressé, l'intérêt est assez limité. Les résultats sont en effet publiés gratuitement sur le site de l'éducation nationale dès le vendredi 5 juillet, et nulle part avant, comme le prévoit la loi. D'ailleurs, si certains sites vous proposent des résultats en avant-première, ne tombez pas dans le panneau. Vous ne réussirez qu'à vider votre porte-monnaie...

Eviter toute collusion

"A aucun moment, le système d'alerte ne sert à prévenir en avance, précise Sandra Desmidt, Responsable éditorial chez France-examen qui propose pour 3,99 € un système de notifications via courriel et SMS. Cela évite surtout d'attendre pendant des heures car les résultats ne tombent pas toujours à l'horaire indiqué. Par exemple, alors que nous attendions les résultats de l'académie d'Aix-Marseille à 18h30, ceux-ci nous ont été finalement communiqués vers 17 heures. D'autre part, ce service peut être très utile pour des personnes qui travaillent qui n'ont pas d'accès à Internet ou par des touristes en vacances à l'étranger."

Par le passé, dans certaines académies, il est néanmoins arrivé que les résultats soient communiqués à des entreprises privées la veille du jour de publication officielle, déclenchant la colère des syndicats d'enseignants. Mais cette année, "cela ne semble pas être le cas, indique à metronews Valérie Sipahimalani, secrétaire nationale responsable du secteur lycées au syndicat Snes-FSU. Je n'ai pas eu de remontées de terrain qui allaient dans ce sens."

Embouteillages sur les sites des académies

Il faut dire que l'Education a fait en sorte d'éviter toute collusion avec des sociétés privées. "Il est indiqué sur la convocation du candidat que les résultats seront consultables gratuitement sur le site de l'éducation nationale, précise Valérie Siphimalani. Je ne vois donc pas quelle information supplémentaire peuvent apporter les entreprises privées."

Enfin, attention aux embouteillages sur les différents sites des académies qui, face à l'afflux des visiteurs peuvent rester indisponibles plusieurs heures. "Le candidat peut alors soit se rendre au lycée ou alors consulter les résultats sur les sites d'entreprises de presse ou sur ceux de société privée, conçus pour faire face aux requêtes", indique Sandra Desmidt. Précisant au passage que France Examen, qui traite plus de deux millions de résultats académiques par an, "se prépare plusieurs mois à l'avance pour être prêt le jour J."