Quelques mois avant les JMJ catholiques et la Coupe du monde de football, un fait divers pointe du doigt l'insécurité qui règne au Brésil. Dernier exemple en date : le viol en réunion d'une étudiante américaine et l'agression de son compagnon français, dans un minibus à Rio de Janeiro. Un drame qui a suscité l'indignation dans le pays, où les télévisions passaient en boucle les images de trois suspects interpellés.

Le couple, qui avait embarqué à bord de ce minibus dans le quartier touristique de Copacabana, se rendait en direction de Lapa, un quartier de bars et discothèques dans le centre-ville. Deux hommes ont alors fait descendre les autres passagers, frappé le jeune Français avec une barre de fer, attaché le couple et violé la femme, tout en continuant de circuler dans la ville, selon un communiqué de la police touristique. Le jeune Français âgé de 23 ans a souffert d'une hémorragie à l'oeil et d'une fracture au visage tandis que la victime américaine souffre d'une fracture du nez, selon le site d'information G1. "La jeune fille est américaine et le garçon est français", a précisé à l'AFP une source consulaire, sans apporter de détails.

Une jeune Brésilienne violée le 23 mars dans des circonstances similaires

Deux des suspects, de 20 et 22 ans, ont été interpellés en fin de semaine, le 3e qui était en fuite a été arrêté lundi soir à Rio, a indiqué la police. Selon la presse locale, le chauffeur du minibus a pris part aux violences qui ont duré six heures. Les agresseurs ont, par ailleurs, utilisé une carte de crédit du couple pour faire le plein d'essence, acheter de la nourriture et retirer de l'argent. La presse brésilienne a assuré qu'ils avaient ensuite rallié l'endroit où logeait le couple afin de leur dérober d'autres cartes de crédit et retirer plus d'argent.

Une jeune Brésilienne, violée le 23 mars dans des circonstances similaires, a reconnu ses agresseurs en voyant des photos des deux hommes interpellés, a précisé la police. Environ 6.000 minibus, qui appartiennent souvent à des miliciens, font partie intégrante du réseau de transports de la ville, après avoir obtenu un permis de circulation de la mairie. Mais il y aurait en circulation 6.000 autres minibus illégaux dans la ville, souvent en mauvais état, selon la mairie.

Le thème de la sécurité, notamment celles des touristes étrangers, est sensible à Rio de Janeiro, qui s'apprête à accueillir cette année des millions de visiteurs pour la Coupe des confédérations de football, les JMJ en présence du pape François, et en 2014 la Coupe du monde de football puis en 2016 les Jeux olympiques. Si la criminalité a sensiblement diminué à Rio depuis la mise en place d'unités de police spécialisées dans les favelas aux mains de trafiquants de drogue et de milices, elle reste très élevée en comparaison des normes européennes ou américaines.