La naissance du "royal baby" est imminente ! Alors que le terme de la grossesse de Kate Middleton est prévu pour ce week-end, les réseaux sociaux, aussitôt relayés par les médias britanniques, annonçaient déjà jeudi soir le départ de la duchesse de Cambridge pour la maternité. Où elle est attendue de pied ferme par les caméras du monde entier. L'effervescence médiatique devrait encore monter d'un cran dans les heures à venir. Car si Kate et William veulent s'afficher en parents "normaux", on ne donne pas un(e) héritier(e) à la couronne britannique sans susciter un emballement planétaire. Ni sans se plier à des règles protocolaires très strictes.

William assistera à l'accouchement
Contrairement à son grand-père, le prince consort qui jouait au squash pendant la naissance de Charles, William sera présent à l'accouchement de sa femme. Fort heureusement pour Kate, l'ancienne tradition qui voulait que le ministre de l'Intérieur soit lui aussi présent, pour s'assurer de la légitimité de l'enfant, n'a plus cours depuis les années 1930.

Une annonce millimétrée
La reine Elizabeth II, arrière-grand-mère de l'enfant, sera la première informée de la naissance (William l'appellera lui-même sur une ligne protégée). L'annonce aux sujets britanniques sera faite via une note officielle du Palais, qui sera posée par un laquais en livrée sur un chevalet installé dans la cour de Buckingham. Modernité oblige, l'information sera postée en même temps sur Twitter et Facebook. Le sexe, le poids et l'heure de naissance, tout sera notifié à l'exception du prénom. Seuls William et Kate sont habilités à le dévoiler, ce qui pourrait prendre plusieurs jours : en 1948, il avait fallu attendre un mois avant de connaître celui de Charles. L'annonce de la naissance sera ensuite saluée par 62 salves de canon à la Tour de Londres et 41 à Hyde Park. L'Union Jack sera hissé sur tous les bâtiments officiels.

Une future reine ou un futur roi ?
En 1953, Elizabeth II a pu monter sur le trône car elle n'avait pas de frère. Depuis le 22 avril 2013, une loi a mis fin à la primauté masculine dans l'ordre d'accession au trône britannique. Désormais, l'enfant de William et Kate héritera du royal fauteuil quel que soit son sexe. Dommage pour le prince Harry.