Le 7 janvier 2015, la France a été frappée par un attentat terroriste perpétré par les deux frères Kouachi. Deux hommes cagoulés et vêtus de noir tirent à la kalachnikov sur des journalistes de Charlie Hebdo. Bilan : onze morts et onze blessés. Ils seront abattus le 9 janvier lors de l’assaut donné par le GIGN dans une imprimerie de Dammartin-en Goele (Seine-et-Marne) où ils étaient retranchés. De Mohamed Merah en passant par Amédy Coulibaly, tel est le sort de ces terroristes qui finissent par tomber sous les balles des opérations policières. Mais le destin en a été autre pour quelques-uns d’entre eux. Tour d’horizon.

► Attentats du 13 novembre 2015, Salah Abdeslam
Après une longue fuite de quatre mois, Salah Abdeslam, 26 ans, a été arrêté ce vendredi en Belgique au cours d’une opération policière. Soupçonné d’avoir joué un rôle de logisticien dans les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, il est également accusé d’avoir projeté un attentat dans le 18e arrondissement, avant d'y renoncer. Au cours de son arrestation, ce Français d’origine marocaine a été blessé à la jambe et a été hospitalisé dans la soirée de vendredi, selon le parquet fédéral belge. Il devrait prochainement être extradé vers la France pour être jugé.

EN SAVOIR +
>> Abdeslam arrêté : et maintenant, que fait-on de lui ?
>> Quatre mois après, Abdeslam arrêté

 Attaque du Musée juif de Belgique, Mehdi Nemmouche
Ce Franco-Algérien de 30 ans est suspecté d’être l’auteur de l’attentat du Musée juif de Belgique qui a fait quatre morts, le 24 mai 2014. Mehdi Nemmouche a été interpellé le 31 mai 2014 à Marseille dans un autocar arrivant de Bruxelles au cours d’une fouille des services de douane. Il transportait une kalachnikov et un revolver. Le suspect a expliqué avoir volé ses armes et a nié toute participation dans la fusillade. Au rang des accusations : il ne serait pas seulement le présumé auteur de la tuerie de Bruxelles mais également l’un des geôliers d’otages français détenus en Syrie et aussi l’un des gardiens de l’ancien otage américain James Foley, égorgé et décapité, le 20 août, par le groupe Etat islamique. Il est depuis écroué à la prison de Bruges.

A LIRE AUSSI >> Nemmouche, geôlier des Français en Syrie ?

 Attentat du RER B de Saint-Michel, Boualem Bensaïd et Smain Aït Ali Belkacem
Membre du Groupe islamique armé (GIA), l'Algérien Boualem Bensaïd est l’un des principaux responsables de la vague d’attentats commis en France en 1995, et notamment celui du RER B de Saint-Michel. Le 25 juillet 1995, une bombe artisanale bourrée d’écrous explose dans la gare de l'hypercentre parisien. L’engin explosif fait huit morts et 117 blessés. Boualem Bensaïd, 37 ans, a été arrêté le 1er novembre 1995 à la sortie d’une cabine téléphonique du 16e arrondissement de Paris par les policiers du RAID . Il venait de donner l’ordre à son complice, Smain Aït Ali Belkacem, 37 ans, de poser une bombe le lendemain à Lille. Le 2 novembre 1995, ce dernier sera arrêté par des hommes des Reinseignements généraux en pleine nuit à Villeneuve-d’Ascq. Les deux principaux auteurs de cette vague ont été condamnés par la Cour d’assises de Paris le 30 octobre 2002 à la réclusion à perpétuité. Vingt ans plus tard, l’enquête a montré que Smain Aït Ali Belkacem, est directement lié à la radicalisation de Amédy Coulibaly et des frères Kouachi, auteur des attentats de janvier 2015.

A LIRE AUSSI >> 20 ans après, l'hommage aux victimes de l'attentat de Saint-Michel

 Attentat de la rue des Rosiers à Paris, Zouhair Mouhamad Hassan Khalid al-Abassi
Près de 33 ans après l'attentat de la rue des Rosiers à Paris en 1982, le cerveau présumé de l'attentat a été interpellé en Jordanie le 1er juin 2015. Zouhair Mouhamad Hassan Khalid al-Abassi alias "Amjad Atta" a ensuite été remis en liberté sous caution en attendant une décision quant à son éventuelle extradition. Il fait partie des trois personnes visées par un mandat d’arrêt international délivré fin février 2015 par le juge d’instruction Marc Trevidic. Le 9 août 1982 à la mi-journée, une grenade avait été jetée dans le restaurant de Jo Goldenberg, situé dans le quartier juif du centre de Paris, au cœur du Marais. Bilan de cette attaque : six morts et 22 blessés.

EN SAVOIR + >> Le commanditaire de l'attentat de la rue des Rosiers arrêté et libéré sous caution