Sa garde à vue et sa mise en examen n'ont pas écorné son image auprès des sympathisants UMP. Nicolas Sarkozy est toujours favori dans la primaire pour la présidentielle, selon un sondage* LH2 pour Le Nouvel Observateur dévoilé vendredi soir et réalisé après son interview à la télévision.

L'ancien président est largement préféré aux autres candidats possibles de l'UMP, quand on interroge les sympathisants qui ont l'intention de participer au vote pour désigner leur champion pour 2017. Il enregistre même un bond de 5 points, avec 54% d'intentions de vote, ce qui le place loin devant Alain Juppé (29%), François Fillon (8%) et Bruno Le Maire (5%).

La côte d'influence de Nicolas Sarkozy connaît cependant une baisse aux yeux des sympathisants du parti. 74% d'entres eux souhaiteraient en effet voir l'ancien chef de l'Etat avoir "davantage d'influence" dans la vie politique. Seuls 32% des Français dans leur ensemble partagent ce souhait.

Un tiers des sympathisants UMP veulent dissoudre le parti

Une autre étude d'opinion montre néanmoins qu'il existe un malaise à l'UMP. Près d'un tiers des sympathisants de la formation politique (32%) souhaitent que leur parti soit dissout et remplacé par un nouveau parti, selon un sondage BVA** pour Le Parisien-CQFD-ITélé, publié samedi. C'est deux fois plus qu'il y a deux semaines (15%).

"L’aggravation de la crise à l’UMP, avec la révélation cette semaine de la dette abyssale du parti, a produit en peu de temps des effets spectaculaires sur l’opinion", juge BVA. 92% des sympathisants UMP font par ailleurs porter la responsabilité de cette crise à "l’ensemble des cadres du parti" contre 21% qui l'attribuent "surtout à Nicolas Sarkozy".

* Enquête réalisée les 10 et 11 juillet par téléphone et internet sur un échantillon de 1.050 personnes, représentatif de la population française, selon la méthode des quotas.
** Enquête réalisée auprès d’un échantillon de 1.050 personnes recrutées par téléphone et interrogées par Internet les 10 et 11 juillet.