Manuel Valls a invité le Conseil national de la sécurité routière (CNSR), l'instance chargée de faire des recommandations en matière de sécurité routière, à s'intéresser aux "enregistreurs d'accidents, que certains appellent boîtes noires". Le ministre de l'Intérieur a indiqué que "ces instruments n'ont bien évidemment pas vocation à faire un historique des déplacements des conducteurs, mais simplement à connaître les événements techniques précédant de quelques secondes un accident". "Si aujourd'hui, la technologie n'est plus un obstacle, il nous reste à arrêter les grands principes de cet outil", a-t-il ajouté, lors d'une réunion du CNSR, vendredi.

Si pareil dispositif ne permettrait pas de réduire les accidents, il aurait le mérite de mieux les comprendre, à l'instar de ce qui existe dans les avions. "Les données dynamiques telles que la vitesse, les accélérations ou décélérations et la trajectoire sont des données très importantes pour les analyses accidentologiques", a expliqué le constructeur Renault à l'Agence France-Presse (AFP). "Aujourd'hui ces paramètres ne peuvent être qu'estimés a posteriori. (...) La présence d'enregistreurs dans les voitures serait un avantage certain pour la connaissance de la genèse des accidents, et également pour le traitement des mises en cause".

3.653 victimes de la route en 2012

Alors que les grands départs en vacances se profilent, Manuel Valls a également fait part de son intention de réduire les limitations de vitesse, "convaincu que c'est en baissant davantage la vitesse sur les routes, et notamment les routes secondaires, que nous aurons une baisse de la mortalité". En 2012, 3.653 personnes ont perdu la vie sur les routes de l'Hexagone, l'objectif du gouvernement étant de réduire le nombre de victimes à 2.000 à l'horizon 2020. "Un objectif permanent sur lequel nous devons être arc-boutés", a estimé Manuel Valls.

Le ministre de l'Intérieur a aussi évoqué les radars, "indispensables et incontournables", au nombre de 4.200 d'ici la fin de l'année. "C'est sans doute un plafond", a-t-il précisé. Le membre du gouvernement a enfin parlé du téléphone portable et rappelé que son utilisation "augmentait le risque d'accidents liés à la distraction". Le CNSR a par ailleurs voté une recommandation pour interdire l'utilisation au volant de kits mains libres qui sera, comme tous ses autres avis, soumise au prochain Comité interministériel de la sécurité routière, prévu fin 2013 ou début 2014.