Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, du développement durable et de l'énergie, a annoncé mercredi matin sur iTélé qu'elle avait accepté de prendre la présidence de la COP 21, initialement dirigée par l'ancien ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius. "C'est vrai que le président m'a proposé de prendre cette responsabilité, que j'ai acceptée", a déclaré la ministre. Lundi 15 février, dans un courrier adressé à François Hollande, Laurent Fabius a mis fin à son mandat de président de la COP21 : "Compte-tenu du début de polémique, je juge préférable de vous remettre mon mandat de président de la Cop".

Laurent Fabius a expliqué mardi avoir renoncé à la présidence de la COP 21, qu'il voulait cumuler avec celle du Conseil constitutionnel, pour éviter "les polémiques inutiles", une décision saluée comme "une bonne chose" par sa rivale Ségolène Royal. "Je ne veux pas de polémiques inutiles. J'ai présidé la COP21, en particulier à Paris lorsque nous avons pu conclure pour la première fois un pacte universel sur le climat. J'ai été pressenti par le président de la République, ce qui est un grand honneur, pour être président du Conseil constitutionnel", a expliqué Laurent Fabius sur Europe 1.

"Les règles de non-cumul s'appliquent à tout un chacun"

"Je pensais que c'était compatible et il y a eu une polémique qui s'est déclenchée. Moi, je ne veux absolument pas de polémique ni pour la COP, ni pour le Conseil constitutionnel. Donc j'ai écrit au président en lui disant que je renonçais à cette présidence pour le reste de la COP", a-t-il poursuivi. La ministre de l'Environnement Ségolène Royal avait appelé la semaine passée à "clarifier les règles du jeu".

"Les règles de non-cumul s'appliquent à tout un chacun. La responsabilité des responsables publics, c'est de respecter les règles. Je crois que c'est une bonne chose", avait-t-elle réagi sur RTL.

A LIRE AUSSI
>>
Laurent Fabius confirme son départ du Quai d'Orsay pour le Conseil constitutionnel
>>
COP21 : Laurent Fabius confie avoir été "très ému"
>>
COP21 : tout comprendre de l'accord sur le climat adopté à Paris