Six chômeurs s'apprêtent à attaquer Pôle emploi en justice. Une première en France, selon le Figaro qui révèle l'information. Ils réclament de 50.000 à 300.000 euros chacun pour "défaut d'accompagnement". "Après avoir été déboutés en octobre dernier sur une procédure d'urgence (référé liberté) par le Conseil d’Etat, nous utilisons désormais la voie judiciaire normale, avec un recours en indemnisation devant Pôle emploi. En cas de refus ou d'absence de réponse, nous saisirons le tribunal administratif", explique Me Florent Hennequin.

Accompagnement inefficace

Ils accusent l'institution, censée les aider dans leur recherche d'emploi et de formation, de ne pas avoir respecté sa mission d'accompagnement. Selon leur avocat, l'entorse à cette obligation "a déjà été reconnue dans le cadre de la première procédure". En septembre 2012, le tribunal administratif de Paris avait en effet ordonné à Pôle emploi de respecter ses obligations à l'encontre d'un chômeur de 54 ans qui s'estimait insuffisamment accompagné. L'ordonnance avait finalement été annulée en octobre par le Conseil d’Etat, qui avait jugé que "la condition d'urgence" n'était pas remplie.

Inscrit en février 2009, le chômeur plaignant, dépendant de l'agence d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), n'avait "bénéficié que de trois rendez-vous en agence, en dépit de ses demandes réitérées", précise Me Hennequin. Cet ex-cadre livre aujourd'hui des journaux à temps partiel. Comme les cinq autres chômeurs, Pôle emploi ne lui a jamais proposé d'offres correspondant à son profil. Vendredi, au siège parisien, ils réclameront des indemnités. Un rapport parlementaire publié début juin soulignait l'inefficacité de l'accompagnement des chômeurs, estimant qu'il devait "être repensé" et "simplifié".