Qu'il résulte d'une mûre réflexion ou qu'il soit effectué par défaut, le choix des études post-bac n'est jamais facile. Parmi les critères de sélection, le rêve d'enfant et les capacités scolaires, bien sûr, mais aussi et surtout la peur de l'avenir. Alors que le taux de chômage frôle les 10 % en France, être assuré d'un emploi à la sortie est en effet le premier critère de choix pour 71 % des élèves, selon un sondage commandé par le secrétariat d'Etat à l'enseignement supérieur.

Ce sondage est à mettre en corrélation avec les chiffres observés sur la plate-forme en ligne Admission post-bac, mise en place par le ministère de l'Education nationale et qui permet aux élèves de terminale d'enregistrer leurs vœux d'études supérieures. Les résultats provisoires ont été rendus publics vendredi par Geneviève Fioraso, secrétaire d'Etat à l'enseignement supérieur et à la recherche. Plus de 762 000 candidats au baccalauréat 2014 y ont formulé au moins un vœu, permettant de se faire une idée des filières qui attirent.

La fac parfois par défaut

La filière "technique" arrive en tête des souhaits. 35 % de ceux qui ont répondu voudraient en effet décrocher un brevet de technicien supérieur (BTS, ou BTSA pour les métiers agricoles), un diplôme de technicien supérieur (DTS) ou un diplôme des métiers d'arts (DMA), perçus comme les plus efficaces pour trouver du travail immédiatement après. La filière universitaire arrive en seconde position, avec 33 % des bacheliers qui disent vouloir aller à la fac.

Problème, ils seront finalement 57 % à y entrer. Un chiffre qui s'explique par l'échec de nombreux candidats à des filières plus sélectives, qui sont alors obligés de se rabattre sur leurs autres choix. C'est donc par défaut que de nombreux étudiants se retrouvent sur les bancs de l'université. Seulement 45 % des lycéens pensent qu'ils préparent au marché du travail.

Parmi les autres orientations souhaitées, on retrouve les diplômes universitaires de technologie (14,5 %) et les classes préparatoires aux grandes écoles (8 %). L'année prochaine, les bacheliers auront accès au taux d'insertion de chaque filière sur le site Admission post-bac, a annoncé Geneviève Fioraso.