Cécile Duflot doit-elle rester au gouvernement ? Après son vif accrochage avec Manuel Valls sur les Roms, puis la suspension de l'écotaxe - une couleuvre de plus à avaler pour les écologistes -, cette interrogation récurrente est revenue en force le mois dernier. La ministre du Logement en fait les frais dans le baromètre metronews-Clai-LCI.

Elle dévisse en effet brutalement de huit points pour tomber à 28% de bonnes opinions en novembre, son plus bas mesuré par OpinionWay. Cécile Duflot ne devance que Michel Sapin (25%, - 6) et Pierre Moscovici (24%, - 3), ses collègues du Travail et de l'Economie, qui devront attendre que les courbes du chômage et de la croissance se soien`t véritablement renversées avant d'espérer pouvoir inverser la leur.

Valls toujours plus haut

A l'autre bout du classement gouvernemental, c'est justement le meilleur ennemi de Cécile Duflot, Manuel Valls, qui fait la course en tête. Le ministre de l'Intérieur progresse de trois points et remonte à 56% de bonnes opinions.

Il n'est pas le seul à pouvoir faire des jaloux au sein de l'équipe Ayrault. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et celui des Affaires étrangères, Laurent Fabius, montent sur le podium (Najat Vallaud-Belkacem en redescend) avec respectivement 50% (+ 8) et 49% (+ 2) de jugements positifs. La libération des otages d'Arlit n'a pas profité à François Hollande. Eux en récoltent les bénéfices.