Il y aura soixante-dix ans tout juste vendredi, la Seconde Guerre mondiale prenait fin. Soixante-dix ans de travail de mémoire salutaire, de recul et de réflexion. Un temps mis à profit par les Français pour changer d’avis sur un aspect somme toute crucial du conflit : l’identité du principal vainqueur. C’est en tout cas ce que démontre une étude historique réalisée pour metronews par l'Ifop. Le plus vieil institut de sondages français la réalise depuis... mai 1945.

"L’Ifop existait déjà à la fin de la guerre et a recueilli l’opinion des Français à la Libération, explique Jérôme Fourquet, le directeur de son département opinion. Nous avons décidé de reconduire à intervalles réguliers ces sondages." Et le résultat est surprenant. À la question : "Quelle est, selon vous, la nation qui a le plus contribué à la défaite de l’Allemagne en 1945 ?", 54% des sondés de 2015 répondent : "Les Etats-Unis". Or, en mai 1945, ils étaient 57% à préférer l’URSS, les Américains n'étant alors cités que par 20% des Français.

Qui a gagné ? Ce n'est pas si simple...

Un retournement spectaculaire qu’il est possible de dater : "Pendant longtemps, l’URSS de Staline était, aux yeux d’une écrasante majorité, l’artisan de la défaite de l’Allemagne nazie. Dans les années 90, le jugement s’est complètement inversé", souligne Jérôme Fourquet. De son côté, Virginie Sansico, historienne spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, voit dans ces résultats une certaine logique : "Sous De Gaulle, qui était anti-atlantiste, on n’était pas prompt à entretenir la mémoire du Débarquement. De plus, le Parti communiste a longtemps contribué à valoriser les Soviétiques, du temps où il avait une forte influence. Les premières commémorations du Débarquement appuyées par l'Etat ont eu lieu seulement en 1984, organisées par Mitterrand : elles marquent une rupture dans l’opinion."

A LIRE AUSSI >> D-Day: Etes-vous bien sûr de connaître le Débarquement de Normandie?

Car se mettre d’accord sur le vainqueur de la guerre, ce n’est en fait pas si simple. "Tout dépend de la localisation, précise encore l’historienne. En Europe de l’Ouest, le Débarquement des Alliés a été crucial, mais dans les pays de l’Est, on retient encore beaucoup le rôle de l’armée de Staline." Une perception qui varie aussi en fonction de l’âge : dans la dernière étude IFOP, les moins de 35 ans sont 59% à donner les USA vainqueurs, contre 52% chez leurs aînés. "Les jeunes ont grandi dans un monde où la mémoire du Débarquement est très présente et où, surtout, l’influence culturelle des Etats-Unis n’est plus à démontrer." A noter que les sympathisants du Front de gauche, de leur côté, placent les Américains et les Russes sur un pied d'égalité, à 32% chacun.

Sondage réalisé auprès d’un échantillon de 995 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, par questionnaire en ligne du 4 au 6 mai.