L'ancien chef de l'Etat a dénoncé une "volonté de l'humilier" au JT de TF1 mercredi. Les Français ne semblent pourtant pas considérer que NIcolas Sarkozy ait été victime d'un acharnement judiciaire avec sa garde à vue suivie d'une mise en examen.

Pas de traitement de défaveur pour 63% des Français

Aux yeux de 63% des Français (+15 par rapport à mars), il est même "traité comme n'importe quel justiciable" et n'a pas de traitement de défaveur, selon un sondage* BVA publié jeudi par Le Parisien. En revanche, 35% (-14 en trois mois) des personnes interrogées ont le sentiment que l'ancien président de la République est "particulièrement durement traité pour des raisons politiques". Et 2% ne se prononcent pas.

La procédure judiciaire à son encontre est-elle pour autant susceptible de freiner un retour en politique ? A quatre mois du congrès de l'UMP, la popularité de l’ancien chef de l’Etat ne s’effondre pas chez les électeurs de droite. Pou 25 % des sympathisants de l'UMP, Sarkozy reste le candidat préféré pour présider le parti. Viennent ensuite François Fillon (14%), Bruno Le Maire (9%), Nathalie Kosciusko-Morizet (7%), Xavier Bertrand (4%) et Jean-François Copé (1%).

65% des Français ne souhaitent pas son retour

Un autre sondage**, réalisé par l'institut CSA pour BFM TV après le début de la garde à vue mais avant l'interview télévisée, révèle que 65% des Français ne souhaitent pas le retour de Sarkozy. 48% ne le souhaitent "pas du tout" et 17% "pas vraiment". En revanche, seulement 33% se déclarent favorables à son retour.

Il remporte le plus d'opinions favorables parmi les retraités (34%) et les employés (40%). Mais seuls 25% des cadres et professions libérales et 27% des professions intermédiaires souhaitent le voir revenir en politique.

*Sondage réalisé les 1er et 2 juillet par internet auprès d'un échantillon de 1.050 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

** Sondage réalisé par téléphone du mardi 1er au mercredi 2 juillet 2014, auprès d'un échantillon national représentatif de 1.012 personnes âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

EN SAVOIR + >> Sarkozy mis en examen : la juge Thépaut sous le feu des critiques de la droite