C'est l'un des feuilletons de cette fin d'année 2012. Le sort des deux éléphantes Baby et Népal confiées au parc de la Tête d'Or à Lyon et menacées d'euthanasie après avoir contracté la tuberculose tient en haleine de nombreuses personnalités. La dernière a avoir apporté son soutien est Stéphanie de Monaco.

Vendredi 21 décembre, le juge des référés du tribunal administratif de Lyon, saisi par le propriétaire des éléphantes, a donné raison au préfet, qui avait ordonné par un arrêté du 11 décembre l'euthanasie des deux pachydermes, après le décès par tuberculose, une maladie contagieuse de l'animal à l'homme, d'une troisième éléphante. Le tribunal avait estimé que "l'innocuité des animaux" n'était "pas susceptible d'être établie in vivo de manière certaine". 

Stéphanie de Monaco entre dans la danse

Face à cette situation qui semble inextricable, de nombreuses personnalités se sont prononcées en faveur du maintien en vie des deux éléphantes vouées à une mort certaine. Pendant que l'on refusait l'accès aux éléphantes à la vétérinaire du cirque Pinder, Stéphanie de Monaco a décidé d'apporter son soutien à Gilbert Edelstein. 

Le cirque Pinder a confirmé mercredi à l'AFP qu'il avait reçu "l'appui de la princesse Stéphanie de Monaco, ainsi que celui de l'European Circus Association, qui mettent leur vétérinaire, le docteur Christine Lendl, à la disposition du vétérinaire du cirque Florence Ollivet-Courtois pour faire de nouveaux tests". Le cirque Pinder fait également état du soutien du professeur Bernard Debré "pour sauver nos éléphants".

Gilbert Edelstein accuse

Gilbert Edelstein, patron du cirque Pinder et propriétaire des éléphantes qui n'accepte pas cette décision du tribunal administratif, a déposé un recours en cassation contre cette ordonnance devant le Conseil d'Etat. Il assure qu'il a "la preuve du complot d'assassinat d'éléphants par le maire de Lyon, son adjoint et la direction du Parc de la Tête d'Or". Gilbert Edelstein affirme en outre avoir reçu les résultats des examens pratiqués sur les deux animaux, qui confirment selon lui que "Népal était négative" en 2010, et que Baby avait fait l'objet d'un test "douteux" qui s'était lui aussi avéré négatif par la suite. Et pour le moment, la préfecture affirme s'en tenir "à la décision du tribunal administratif". 

Mercredi 26 décembre, Gilbert Edelstein s'est dit "effondré" après qu'un vétérinaire lui a refusé l'accès à ses deux pachydermes. Alors que le Docteur Florence Ollivet-Courtois, vétérinaire du cirque Pinder, se proposait de partir jeudi matin "pour procéder à de nouveaux tests sur les éléphantes Baby et Nepal", elle se serait vu refuser l'accès aux bêtes par le vétérinaire du zoo du Parc de la Tête d'or où elles se trouvent".

La vétérinaire du cirque a téléphoné à son homologue du zoo qui lui aurait dit : "Si vous venez, vous prendrez un bon café avec nous, mais vous ne pourrez pas approcher Baby et Népal", selon le communiqué de Pinder, car "la préfecture nous a donné l'ordre que vous n'approchiez pas les éléphantes". Gilbert Edelstein craint que "ses éléphantes n'aient plus que quelques heures à vivre compte tenu de l'entêtement de la mairie de Lyon et de la préfecture."