Entre 50 et 100 personnes encagoulées se sont attaquées à des migrants dans le centre de Stockholm en Suède, ce vendredi soir. Après s'être donné rendez-vous sur l'une des places piétonnes de la capitale suédoise, des dizaines de personnes vêtues de noir et masquées, probablement des hooligans ou des partisans du Parti néo-nazi dissous en mai 2015, ont molesté "des personnes d'apparence étrangère".

"Le châtiment qu'ils méritent"

Selon le quotidien Aftonbladet, les agresseurs ont distribué un tract non signé, appelant à la violence à l'encontre "des enfants nord-africains des rues", afin qu'ils obtiennent le "châtiment qu'ils méritent". Selon les témoignages rapportés par le quotidien, des étrangers ont été molestés par plusieurs agresseurs à la fois. Aucune plainte n'aurait cependant été déposée ce samedi.

Informée au préalable qu'"un projet d'agression de migrants mineurs non accompagnés dans le centre de Stockholm" était en préparation, la police a déployé plusieurs unités partout dans le centre de la capitale et survolé la zone avec un hélicoptère. Selon Le Parisien, un quadragénaire aurait été arrêté après avoir frappé un policier. Une enquête pour "association en vue de commettre des violences aggravées" a été ouverte pour tenter de découvrir quel mouvement ou quel individu est à l'origine de ces émeutes.

La Suède, la terre promise des migrants

L'hostilité d'une partie de la population se fait grandissante à l'égard des migrants alors que la Suède représente, comme l'Allemagne, l'Eldorado des réfugiés. La générosité du système social suédois a en effet attiré des centaines de milliers de Syriens, d'Afghans et d'Irakiens : 2300 euros sont versés à chaque réfugié à leur arrivée et des cours de Suédois leur sont dispensés afin de faciliter leur intégration. En 2014, la Suède a reçu 81.000 demandes d'asile et 163.000 en 2015. Selon l'OCDE, la Suède aurait le taux de demandeurs d'asile par habitant le plus élevé. Le pays a cependant annoncé l'expulsion des migrants déboutés, une mesure qui concernerait entre 60.000 et 80.000 personnes.

A LIRE AUSSI>> "Airbnb des migrants" : les associations débordées par la générosité des Français