Les circonstances du drame avaient été dévoilées par le parquet de Perpignan lui-même : Francisco Benitez avait mis fin à ses jours, le 5 août dernier, dans les sanitaires de sa caserne, à l'abri des regards. Agé de 51 ans, le légionnaire était retrouvé pendu, le visage dissimulé par un foulard noir. Le suspect principal dans le cadre de la disparition d'Allison et de sa mère Marie-Josée emportait ainsi avec lui ses secrets, laissant du même coup les policiers bien en peine avec cette enquête, ouverte depuis le mois de juillet.

Rebondissement ce mercredi : à en croire Midi Libre, les circonstances du suicide de Francisco Benitez seraient bien différentes de celles relayées par le parquet de Perpignan. D'après le quotidien régional, le père d'Allison se serait en effet jeté à travers une fenêtre de la caserne, une corde autour du cou. La théorie du discret suicide s'éloigne donc au profit de celle d'une véritable mise en scène.

"La scène était hyper impressionnante"

"Il a accroché une corde avec un mousqueton à la rambarde d’une fenêtre du premier étage, donnant sur la cour intérieure de la caserne, il a recouvert sa tête d’un foulard sombre, qui lui masquait le visage, du front au menton", rapporte ainsi une source. "La scène était hyper impressionnante. Ce type en uniforme, avec ses rangers, ses décorations et son foulard autour de la tête, accroché au bout d'une corde, sur le mur de la caserne"... renchérit un autre témoin.

Pourquoi ces informations n'ont-elles pas été rendues publiques plus tôt ? A en croire plusieurs sources interrogées par metronews, il s'agirait tout simplement... d'une simple bourde. Etonnant, au regard de la gravité de l'enquête. "Le parquet n'a pas menti. Mais le parquet s'est mal exprimé", reconnaît ainsi une source judiciaire. "On ne sait pas exactement ce qu'il s'est passé. Est-ce que le procureur adjoint a mal compris ce que lui ont rapporté à l'époque les enquêteurs ? En tout cas, il n'y avait pas de volonté de cacher cette information", nous assure-t-on. Reste que cette macabre mise en scène pourrait donner un éclairage différent à un dossier déjà... très complexe. En attendant, comme le révélait vendredi metronews, les fouilles pour retrouver les deux disparues ont été arrêtées, faute de résultat.